AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 18:12

   

- Delilah Ainsworth -
vingt-six ans - professeur de danse - indian legend
date, lieu de naissance: t'es d'ici. tu pourrais être de partout. tu pourrais t'inventer n'importe quel passé. une naissance extraordinaire. ou bien trop banale. qui le saurait après tout ? ton jour de naissance est bien triste. ce trois juillet à redcliffe, tu le trouves bien moche. tragique. à peine t'entrais dans le monde que ta mère en sortait. t'aurais aimé la connaître. t'aurais aimé qu'elle soit là pour toi. pourtant ton jour d'anniversaire sonne comme le constant souvenir morbide. et ça te fait mal. tu ne l'as même pas connu. seul son visage sur les photos te semblent familiers. et encore. le temps s'écoule, sans que tu ne le vois passer. c'est presque trop pour toi. cela va trop vite. ta tête tourne. t'aimerais arrêter le temps parfois. le temps d'un instant. juste pour te sentir une fois éternelle. oui t'aimerais tellement. alors t'essayes de profiter à fond. tu jettes sur le bas-côté toutes tes peurs. tes appréhensions. et tu vis à fond. vingt-six ans, c'est déjà bien assez. les trente ans tu les vois venir. pourtant, étrangement ils ne te font pas peur. t'y penses sans doute pas encore. ça va arriver ouais. mais tu profites encore et encore. la vie est bien trop courte pour être sérieux. tu sais de quoi tu parles. nationalité, origines: ça se lit en toi. ta longue chevelure brune dépeint une certaine origine mexicaine. qui sait réellement ? les récits sur tes ancêtres communs te paraissent un peu flous à présent. pourtant tu es bien sûr d'une chose : tu es bien américaine. ça on ne peut pas te l'enlever. t'es une américaine pure souche. enfin, tu sais très bien que les américains sont tous des immigrés pour la plupart, alors ça rejoindra ton origine mexicaine voire espagnole en extension. mais ça fait du bien d'avoir quelque chose à laquelle se raccrochait. un tout petit truc où tu peux t'accrocher. une valeur sûre qui te rassure. enfin. statut civil, orientation sexuelle: ça a toujours été une histoire d'hommes pour toi. toujours eux et leur compliqué. toujours eux et leur sale caractère. pourtant tu les aimes. c'est bien là le drame. un en particulier en fait. t'es même marié à lui. c'était parfait pour toi. tu le considérais comme l'homme de ta vie. tu n'as jamais vu un autre homme que lui. après tout à quoi bon ? t'étais déjà comblée. t'as toujours été fidèle toi. pourtant, vous vous éloignez. tu le sens. tu le sens distant. loin. il rentre de plus en plus tard. il ne te prévient plus. il s'éloigne. et ça te fait peur vraiment. il ne te regarde plus. vous vous croisez à peine. t'as l'impression de plus en plus d'avoir un étranger qui dort à côté de toi. ça te fait peur. encore. t'aimerais le retrouver. que vous soyez comme à vos débuts. c'est possible ? t'en sais trop rien. t'espères. de toutes tes forces. après tout vous allez bientôt être trois. et c'est important ça. job, statut financier: t'étais promise à un bel avenir. t'avais pris ton envol. t'étais belle tout en haut dans le ciel. t'étais un véritable cygne. mais t'as vite été brisée. un accident et tes rêves partaient en fumée. comme ça. t'étais pourtant heureuse en dansant. t'étais pourtant la meilleure. il n'y avait aucun là-dessus. t'aurais pu aller encore plus haut. mais t'es mal tombée. tu t'es brisée autant que ta jambe. impossible de danser après. t'as dit adieu à ta passion. alors t'as bien du revenir en arrière. ravaler ta fierté et aller de l'avant. mais t'as jamais pu t'éloigner de ton premier amour. jamais. parce que t'es une artiste toi. une vraie. alors t'as fini par ouvrir ton école de danse il y a quelques années. tu t'improvises professeur de danse pour tous petits. ça te plait. tu peux pas nier. ça te met un peu de baume au coeur. situation familiale: t'es unique en quelques sortes. t'as pas tellement eu de chance. comme t'en as eu en fait. ta mère est morte en couche. t'es restée seule avec ton père. il a tout tenté pour subvenir à tes besoins. il jouait les deux rôles avec plaisir. il t'aimait tellement. ton enfance a été heureuse. pour sûr. seulement voilà. à huit ans, ton père décéda dans un accident de voiture. c'est idiot. il devait venir te chercher à ton cours de danse. un chauffard ivre l'a percuté faisant de toi une orpheline. tu fus vite placée dans une famille. une charmante famille. tu les aimes comme tes propres parents. t'as pas eu d'enfance difficile, d'adolescence compliqué ou de début de vie d'adulte semée d’embûches. non ça a été plutôt calme. hormis le décès de tes parents. t'as même hérité d'un frère en rejoignant ta famille d'adoption. ce n'est pas la joie entre vous. ça l'a été quand vous étiez petits. mais en grandissant vous vous êtes éloignés. tu ne sais pas tellement trop pourquoi. c'est arrivé comme ça. il n'y a pas tellement plus d'explications à fournir en fait. traits de caractère: bosseuse + marmotte + drôle + bornée + pleine de joie + honnête + rancunière + maladroite + battante + fragile + persévérante + têtue + souriante  avatar, crédits: adelaïde kane.

- it's these expressions you never give -
01. la danse, ça a  toujours été ton dada. t'adorais ça. tu te sentais libre. t'aurais aimé que ça dure toujours. mais les meilleures choses ont toujours une fin. tu ne le sais que trop bien. 02. ton accident. une mauvaise chute. on t'a mal réceptionnée. tu t'es brisée devant des millions de personnes. t'as jamais pu oublier leur regard même dans ta douleur. tu les revois parfois dans tes rêves. ça te hante presque. 03. t'as toujours détesté les films d'horreurs. tu pourrais en faire des cauchemars pendant des jours et des jours. alors tu te limites aux films à l'eau de rose. c'est plus sûr pour ton petit coeur. 04. tu danses rarement à présent. ça te fait trop mal de repenser à cette période. mais ça t'arrive. parce que ça t'aide à extérioriser. à être qui tu es réellement. tu fais attention à ton genoux, à ta cheville. mais tu danses. et t'es bien. 05. tu as toujours imaginé comment aurait été ta vie si ta mère ne serait pas morte. petite, tu rêvais souvent de moments, même banals, avec elle. tu pensais à la façon dont elle t'aurait souri. à la façon où elle t'aurait prise dans ses bras pour te consoler. à la manière où elle t'aurait aimé toi. oui tu y penses encore parfois. ça te fait mal. parce que quoi qu'on t'a dit, t'as l'impression que c'est ta faute si elle est morte. 06. ta famille d'adoption, elle est devenue comme ta vraie famille. tu ne fais pas de distinguo. tu ne vois pas l'intérêt. tu les aimes. ils sont ta seconde famille. pourtant c'est pas pour autant que t'as oublié tes parents biologiques. loin de là. ils sont dans ton coeur pour toujours. et ce n'est pas prêt de changer. 07. tu les gardes toujours avec toi. tu peux jamais t'en séparer. ses photos, elles font parties de toi. alors tu les ranges toujours soigneusement dans ton porte-feuille. elles sont presque sacrées pour toi. ce sont les quelques choses que tu as pu prendre en vitesse à votre transfert à l'orphelinat. les coins commencent à se corner malgré toi. les couleurs commencent à faner aussi. mais les souvenirs restent. tu te souviens de cette journée au parc avec ton frère et votre père, présent presque par miracle. et pis tu as cette photo de ta mère. elle était jeune dessus. presque un ange. tu aimes la regarder souvent et te demandais si elle aurait été fière de toi. de ce que tu es devenue. tu l'espères. t'imagines tout ça avec une simple photo. c'est la seule représentation d'elle que tu as. tu la chéris. 08. t'as décidé d'ouvrir une école de danse après ton accident. t'avais besoin de ça. ça t'a aidé à remonter la pente. à ne pas sombrer. voir les visages illuminés de tes élèves t'ont soutenus. observer leurs progrès. ou encore être témoin de la naissance de leur passion était pour toi un privilège. tu le sais. alors ça t'a aidé à abandonner toi-même la danse. parce que ne plus danser ça t'a foutu un coup. un sacré coup d'ailleurs. 09. t'as toujours eu une histoire compliquée avec ton frère adoptif. petits, vous étiez inséparables. de vrais larrons en foire. il a quatre ans de plus que toi et était le fils naturel de vos parents. ces derniers ont eu peur. ils ont eu peur que vous ne vous entendez pas. qu'il te considère comme un intrus. ce ne fut pas le cas. loin de là même. et puis vous avez grandi. et tu l'as plus compris. votre relation a dégringolé. il est devenu plus cassant. plus agressif parfois. et toi tu le comprenais plus. alors vous vous êtes éloignés. aussi simple que cela. au plus grand damne de vos parents adoptifs. 10. tu viens d'apprendre ta grossesse. tu ne sais même plus si tu dois t'en réjouir ou pleurer. parce que ron, tu sais pas s'il en veut. il a l'air hésitant. distant aussi. ça te fait peur. t'oses pas lui parler directement. pourtant ça bouillonne en toi. alors cet enfant, tu ne sais pas tellement le considérer. c'est trop confus cette situation. ton couple vacille. et cet enfant est peut être l'allumette dans une poudrière. ou alors le ciment. deux possibilités. une erreur. et ça te fait peur.

✻ ✻ ✻
pseudo, prénom: w. mais vous pouvez m'appeler marie aha. âge, pays: dix-neuf ans depuis quelques temps maintenant. personnage: wonderful pré-lien de ron évidemment. dédicace:  si vous avez envie de liens, je suis toute ouïe.  


Dernière édition par Delilah Ainsworth le Mer 18 Jan - 22:21, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 18:12

BLACK SWAN ☆ tu touches les étoiles. t'es libre. t'aurais presque des ailes dans le dos tant tu voles. tu ne sens plus rien. t'es dans ta bulle. ta jolie bulle dorée qui vole dans le ciel. rien ne t'atteint. t'es presque invincible. t'adores cette sensation de totale abandon. parce que oui. tu abandonnes complètement. t'es plus une femme. t'es plus toi. t'es juste un corps qui se donne. et c'est beaucoup. alors tu touches les étoiles de tes mains levées. elles te chatouilleraient presque. t'as le sourire aux lèvres. parce que oui, t'es heureuse comme ça. tu l'as jamais été autant. ton rêve. tu le touches des doigts. t'es douée on t'avait. t'es la meilleure à présent. tu viens d'être nommée principal danser. c'est pas rien. oh que non. d'autres danseuses t'auraient probablement tuée pour avoir ta place mais t'es bien là. plus vivante que jamais. tu te fiches presque de tout les sacrifices que t'as du faire. tes parents. ta famille. ton monde. t'as tout quitté pour te révéler ici sur cette scène. et ça valait le coup. bon dieu que oui. alors tu t'élances. tu vogues sur le bois des planches telle un cygne. on ne t'arrête plus. les regards sont posés sur toi. tu t'échappes. t'es intouchable. tu danses. tu cours. tu sautes. t'es plus maître de toi-même. la musique te prend aux tripes. t'es plus là. t'oublies tout. ça te fait du bien. foulée. tourniquet. piquet. t'as même plus besoin de te le répéter dans ta tête. tu le connais par coeur. alors tu te laisses aller. c'est ça les plus grands artistes. ils ne réfléchissent plus. ils vivent. la fin arrive. tu le sens. tu veux pas. t'as envie que ça dure toujours. mais ce n'est possible. alors t'en profites. tu savoures chaque instant comme si c'était la dernière. c'est pas facile. mais tu le fais quand même. tu te mets en position. c'est le grand final. l'envol total du cygne. black swan. alors tu t'élances. tes chassés sont parfaits. ton partenaire est là devant toi. prêt. alors tu t'élances sur lui. il te propulse. et là t'es littéralement en train de briller. t'es plus sur terre. t'es dans l'espace. ça ne dure que quelques secondes mais t'as l'impression que c'est des heures. c'est magique. tu veux pas redescendre. mais t'as pas le choix. ton corps te rappelle à l'ordre. il t'aspire vers le sol. tu ne veux pas. tu tentes de voler encore. mais tu te brûles les ailes. t'es trop près du soleil. alors tu tombes indéniablement. et là c'est le drame. ton partenaire te rattrape pas à temps. tu ne le sens pas tout de suite. t'es encore dans ta plénitude. mais t'entends un bruit. un bruit sourd. un corps qui tombe. qui se fracasse. c'est le tien. mais t'en as pas encore consciente. pis tu finis par la sentir. cette douleur atroce. t'en as presque les larmes aux yeux. tu souffres. tu sais plus où tu es. autour de toi, ça s'agite. des millions de regards sont sur toi. ils sont tantôt horrifés. tantôt surpris. tu réagis pas. ta jambe te fait un mal de chien. ton partenaire est à tes côtés. cela ne fait que quelques secondes que t'as chuté. tout va si vite autour de toi. t'arrives pas à tout assimiler. c'est presque trop pour toi. t'as besoin d'air. tu te cramponnes à ta jambe. en vain. ça fait encore plus mal. cette douleur tu vas la sentir encore pendant longtemps. tu en feras même des cauchemars. mais tu le sais pas encore. non. t'aimerais juste que ça s'arrête. t'aimerais juste qu'on arrête de te regarder. t'aimerais juste disparaître en fait. oui disparaître. poussière redevenue poussière. mais c'est pas possible. tu le sens. quelques secondes plus tard, t'es toujours encore sur le sol. t'as un peu moins le tournis mais ça s'agite toujours autant autour de toi. et cette douleur. qu'on la fasse taire. on te parle mais tu ne réponds pas. t'es trop sonnée. tu sais que c'est fini pour toi. tu le sens. et ça fait encore plus mal que ta jambe. t'es finie. à cause d'une seconde. t'es plus rien. t'avais touché les étoiles du bout des doigts. mais elles sont loin à présent. elles te narguent presque. t'es plus rien. juste un ange déchu.

LITTLE DO YOU KNOW ☆ tu ne sais pas combien de temps tu es allongée là. peut être deux heures. trois. tu ne sais plus. tu n'arrives pas à dormir. ça se bouscule dans ta tête. ton esprit refuse de la mettre en sourdine. il te torture. l'insomnie est là. tu n'arrives pas à la repousser pour les bras de morphée. pourtant t'y crois. de toutes tes forces. mais ce n'est pas possible. demain tu vas avoir un visage fatigué pour tes cours. tu le sais. mais même ça, ça ne t’assomme pas. tu cogites trop. tu devrais pas. ça n'arrangerait rien. il devrait être rentré depuis longtemps. il t'avait promis de faire un effort. pour une fois. mais ce n'est pas le cas. t'es seule dans votre lit. il fait nuit. malgré le drap, tu tremblerais presque. t'es frêle. et lui n'est pas là. t'en peux plus. un jour tu vas craquer. t'aimerais avec des explications. des justifications. des mots qui te rassureraient. mais ils ne viennent pas. tu te languis d'eux. mais tu sais qu'ils ne viendront pas. il faut te rendre à l'évidence. votre lit conjugal est devenu un frigidaire. vous n'êtes plus que deux étrangers. vous vous parlez sans avoir de conversations. vous vous regardez sans vous observer. le temps de vos premières fois est bien loin. il te manque ce temps-là. trop peut être. la routine vous empêtre. il te distance. et ça te crispe. tu veux pas finir comme ces vieux couples. ceux-là même qui n'ont plus rien à se dire. parce que t'en as des choses à dire. oh que oui. tu voudrais hurler. tu voudrais les arracher de ta gorge. de ton coeur. mais ils restent bloqués. ils commencent à t'étouffer. alors tu restes là. allongée dans ton lit. pour seul compagnie le froid de la nuit. tu regardes l'heure à ton réveil. tu soupires. il est déjà bien trop tard. tu retires un peu le drap de ton épaule. mais tu ne bouges pas vraiment. à quoi bon ? c'est là que t'entends la clef. ce fameux bruit de serrure. tu ne bouges pas. pire encore tu fermes les yeux. t'espères être bonne actrice. t'as pas envie de t'énerver ce soir. t'as pas envie d'avoir toujours le même discours. t'as pas envie d'être la femme bornée. excédée. pourtant tu l'es. tu peux pas te le nier. tu l'es. mais pas ce soir. tu veux du calme. vous verrez ça demain. peut être. tu vois déjà la conversation. et lui qui te promettra qu'il fera mieux. t'y croiras. encore. parce que tu l'aimes cet idiot. oh que oui tu l'aimes. tes sentiments intacts. c'est eux qui te font rester. il y en aurait plein qui seraient déjà loin. pas toi. tu tiens à votre couple. à ce que vous pouvez sauver tous les deux. à votre bébé aussi. oui t'y crois. même si tu vas probablement te prendre un mur. il finit par arriver dans la chambre. tu ne bouges pas. ta respiration est régulière. mais ton coeur s'arrête. tu lui tournes le dos. le visage vers la fenêtre. il ne semble même pas te remarquer. enfin si. il dépose un baiser sur ton front. c'est tout. auparavant, il t'aurait embrassé. et toi tu te serais éveillée avec un sourire. oui ça aurait été comme ça il y a quelques temps. mais c'est bien loin tout ça. tu le regrettes. tu ne bouges toujours pas alors qu'il se déshabille pour se mettre au lit. oui c'est ça. vous êtes comme deux étrangers. c'est pathétique. tu ne sais même plus quand ça a basculé. si c'est de ta faute. de la sienne. ou si c'est juste parce que ça devait arriver. tu ne sais même plus. il s'allonge à tes côtés. toi tu restes encore éveillée. le sommeil ne veut donc définitivement pas de toi ce soir. une habituée des insomnies. bien vite tu sens la respiration régulière de ron. il s'est endormi. sans doute trop fatigué de la journée. alors tu finis par te glisser doucement hors du lit. tu fais attention à ne pas le réveiller. tu te fiches bien du froid. tu ne portes qu'un long tee shirt large. tu marches un peu. tu te dégourdis. tu penses aussi. trop. encore. c'est ton défaut ces temps-ci. tu penses trop. tu te tortures. c'est moche. mais c'est plus fort que toi. c'est quand ça va mal qu'on se torture soi-même encore plus. la vie est cruelle. idiote aussi. t'as fini de faire le tour de votre petit cocon. tu dormiras peut être mieux cette fois-ci. le tour t'ayant "épuisée". t'en doutes. tu soupires. tu passes une main dans tes cheveux. t'as plus rien à faire. alors tu retournes dans votre chambre. il n'a pas bougé. égal à lui-même. tu fais quelques pas de loup dans la chambre. tu finis par le rejoindre. et tu te blottis contre lui. parce qu'au final t'as quand même besoin de lui. vous avez besoin de lui. parce que tu n'es plus la seule dans l'histoire. il y a aussi ce petit bout de vous en toi. alors tu poses ta tête doucement sur son torse. oui t'as besoin de lui. t'as besoin de l'aimer. de savoir qu'il est là. parce que te retrouver seule ça te terrifie. et puis tu l'aimes non ? tu veux pas de cette impasse de couple. tu le veux lui. après tout, t'as bien dit oui pour le meilleur et pour le pire. vous allez remonter cette pente. tous les couples ont des mauvaises passes. c'est bien connu. alors ça va aller. t'essayes de t'en persuader. ça coince un peu. mais au moins ça t'aide à t'endormir ce soir-là. c'est déjà ça.


Dernière édition par Delilah Ainsworth le Mer 18 Jan - 23:15, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 84

[sun is rising]
In my pockets : des chewing-gum, les clés de la maison.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 18:17

adelaide
j'l'aime d'amour cette fille
bienvenue du coup et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 18:32

bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 54

[sun is rising]
In my pockets : my cigarettes and my phone
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 18:33

bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i'm only a fool for you
avatar

Messages : 325

[sun is rising]
In my pockets : a pack of cigarettes and a crumpled parking ticket.
Friendships:
Availability: fr. (ryder, toby) (open ◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 19:47

que d'excellents choix I love you I love you adelaide est à toi pour cinq jours
bienvenue parmi nous, n'hésite pas si tu as des questions

_________________

girls like her were born in a storm. they have lightning in their souls. thunder in their hearts. and chaos in their bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 21:04

merci vous quatre. vous êtes vraiment adorables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 21:50

bienvenue parmi nous, j'aime énormément tout ce que je lis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 24

[sun is rising]
In my pockets : keys, smartphone, cigarets...
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 22:02

la plus belleeeee I love you
j'adore ce que tu as écrit pour le moment et tu as une très jolie plume
officiellement bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 22:05

oh vous êtes trop mignons vous deux.
merci à vous. et je suis ravie que ce que j'ai écris vous plait.
d'ailleurs ron, merci du compliment, c'est adorable. faudra qu'on parle toi et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 23

[sun is rising]
In my pockets : lipstick, keys, phone, couple of cigs, pen and paper.
Friendships:
Availability: fr/en, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 22:47

j'adore le prénom delilah
bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 182

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 23:30

bienvenue ici. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 23:39

merci à vous deeeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 24

[sun is rising]
In my pockets : keys, smartphone, cigarets...
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Mer 18 Jan - 23:48

c'est parfait pour moi I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i'm only a fool for you
avatar

Messages : 325

[sun is rising]
In my pockets : a pack of cigarettes and a crumpled parking ticket.
Friendships:
Availability: fr. (ryder, toby) (open ◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Jeu 19 Jan - 0:10

j'adore delilah, tellement touchante son histoire tu m'as redonné envie de regarder black swan   et puis cette plume I love you
je te valide, bon jeu

_________________

girls like her were born in a storm. they have lightning in their souls. thunder in their hearts. and chaos in their bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 15

[sun is rising]
In my pockets : phone, keys, chewing-gums, and a tissue.
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   Jeu 19 Jan - 7:57

oh c'est mignon. je suis ravie qu'elle plait.
et voui, faut regarder black swan. enfin pas trop non plus hein.
en tout cas merciii.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)   

Revenir en haut Aller en bas
 
et soudain ce silence, qui nous surprend. (delilah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» oune video eud tcheu nous
» nos enfants nous épatent
» Ne nous fais pas entrer en tentation, mais délivre-nous du méchant. — Mat. 6:13.
» qu'est-ce qui nous conviendrait ?
» nous n'irons plus au bois vidéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter two/ shadow of love :: now we're rollin' down sour :: fire's gonna burn-
Sauter vers: