AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ☐ real love starts to fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 83

[sun is rising]
In my pockets : cellphone, pack of cigs, headphones, twenty bucks.
Friendships:
Availability: fr, (◈◊◊)

MessageSujet: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:07

   

- lewis burgess -
vingt-neuf ans - ambulancier - straw hat
date, lieu de naissance: Il est né le vingt-cinq décembre, à Redcliff même. Une date de naissance injuste car même si c'est son anniversaire, c'est toujours celui de quelqu'un d'un peu plus barbu que lui que l'on célèbre avant. Il a beau bientôt atteindre la trentaine, il avoue toujours être un peu vexé de recevoir si peu d'attention en ce jour censé être spécial. nationalité, origines: Américain sur les papiers et dans le coeur, il a voté pour Hillary Clinton aux derniers élections, s’époumone en chantant l'hymne national avec la main sur le coeur devant le Superbowl, a fait partie d'une fratrie typiquement masculine à l'université. Rien ne le rattache à une autre nation. Et pourtant, du sang bulgare coule également dans ses veines grâce à sa mère. statut civil, orientation sexuelle: Lewis n'en a jamais douté, il aime les femmes. Il est amoureux de leur parfum, de leurs courbes, de leur sensualité. Il aime une femme en particulier, mais il semblerait qu'ils soient actuellement plus doués pour se déchirer que pour s'aimer. job, statut financier: Après avoir tenté une unique année d'étude en médecine qu'il n'a pas été fichu de finir, il est à présent ambulancier, employé dans la société d'un de ses oncles. Le salaire est correct, peut être pas mirobolant au point que l'administration fiscale lui saisisse la moitié, mais assez pour vivre décemment. situation familiale: Des parents divorcés, un frère à qui il n'adresse plus réellement la parole, si ce n'est que pour de temps en temps lui donner des nouvelles. Rien d'idéal ni de catastrophique, en somme. traits de caractère: intuitif, honnête, rancunier, protecteur, maladroit, possessif, réaliste, dévoué, passionné, sincère, curieux, angoissé, mauvais perdant, charismatique, râleur, débrouillard, sarcastique, empathique, impatient, confiant, buté, sensible, tactile, bienveillant, déterminé, pessimiste. avatar, crédits: theo james, @fuckyeahdamose on tumblr.

- it's these expressions you never give -
(01) D'apparence, la situation familiale de Lewis est des plus banales. Pourtant, ce fut pendant le longtemps le drame de sa vie. La séparation survenue lors de ses treize ans a littéralement bouleversé son adolescence, ainsi que celle de son frère aîné. Il a vécu treize ans sous les disputes, les claquements de porte dignes d'une telenovela, les cris. Treize ans à regarder ses parents se faire du mal, sans pouvoir intervenir. Rentrez dans votre chambre, les garçons, qu'elle disait. Et même lorsqu'ils se sont séparés, les conflits ont continué. Ils ont passé des mois à mener une guerre judiciaire concernant la garde des enfants, avant de conclure par une garde alternée. Lewis se sent parfois stupide de garder des séquelles aussi pesantes d'une histoire aujourd'hui récurrente dans bien d'autres familles. Il tente d'en parler d'un ton détaché, mais tout le monde peut percevoir la rancœur qui anime ses mots lorsqu'on lui parle de sa famille. (02) Il a cependant gardé contact avec ses deux parents, leur rendant visite de temps à autre, un peu plus avec son père qui habite toujours à Redcliff. Il n'en est pas de même pour son frère dont il s'est progressivement éloigné dès que celui-ci fut diplômé au lycée et partit faire ses études dans une autre ville. Aucune histoire clichée de frères ennemis de ce côté là, juste des frères qui n'avaient plus grand chose à partager. (03) Lewis est naturellement brillant. Le gosse qui ne foutait pas grand chose, révisait à la dernière minute et se récoltait des bonnes notes à en offusquer les profs au conseil de classe, c'était lui. Le problème, c'est qu'il n'a jamais su ce qu'il voulait faire. Il n'a jamais su ce qu'il aimait, ce qu'il n'aimait pas. Il ne sait toujours pas, d'ailleurs. Il a écouté ses proches et ses profs. Bon en sciences? Médecine, alors. A les entendre, la médecine, c'était le pied. Sauver des vies et gagner la sienne avec un salaire à cinq chiffres, parfait. Il a rapidement déchanté. Au bout de six mois sur les bancs de la faculté d'Arizona, il a fait ses valises et est revenu à Redcliff, les lèvres pincées. Peut-être qu'il n'était pas si brillant que cela, finalement. (04) Finir par devenir ambulancier, ce n'était au début pas prévu. Mais alors qu'il se mourrait sur la table du salon de son père, se demandant ce qu'il allait faire dans sa vie tout en sachant qu'il ne voulait pas retourner dans un cursus scolaire, son oncle est arrivé. A la base, ça ne devait être qu'un plan de secours, le temps qu'il se réinsère quelque part. Et puis, au fil des mois, des années, il est resté. Il n'a jamais cherché autre chose. Il aime le contact avec les patients, leur siffler quelques mots ou une blague douteuse pour les rassurer. Leur faire découvrir le dernier album de Childish Gambino au volant de sa camionnette blanche. L'adrénaline quand il faut emmener quelqu'un en urgence. Il ne sait pas si ce job est provisoire, s'il trouvera un jour quelque chose d'autre mais pour l'instant, il s'en contente. (05) Dans son cerveau, ça chauffe souvent. Il n'est pas rare de le voir perdu dans ses réflexions, puis quand on lui demande à quoi il pense, il est incapable de précisément répondre. Parce qu'il pense à des trucs, qui lui font penser à des trucs, qui lui font penser à d'autres trucs. Une fois, il a essayé de chercher sur doctissimo ce qu'était cette activité cérébrale constante mais il a rapidement fermé la page, blasé d'être considéré comme un cas pour la psychologie. A ses yeux, il est juste un gars normal qui pense un peu trop. (06) Il est assez sensible. Il n'a pas la larme facile mais il se laisse aisément guider par ses émotions ou même celles des autres. Il stresse facilement, pète rapidement les plombs et s'il intériorise trop, il sait qu'il aura besoin de sortir prendre l'air pendant quelques minutes pour se calmer. Il se souvient d'un jour de pluie au boulot, quand une patiente a fait un arrêt cardiaque alors qu'ils étaient censés l'emmener à l'hôpital. Il a cru pendant un instant que c'était son coeur à lui qui s'était arrêté. (07) Lewis et l'amour, ça a toujours été une affaire compliquée. Curieusement, grandir avec des parents qui ne s'aimaient plus n'a pas plus affecté que cela son rapport à l'amour. Il y a toujours cru. Certes, pas de façon édulcorée comme dans les films, avec des baisers sous la pluie battante de Londres. Mais il a toujours su que ça existait et qu'il finirait par potentiellement y passer. Par contre, là où l'histoire de ses géniteurs a laissé des séquelles, ce fut pour sa capacité à sentimentalement s'attacher. Lewis est exigent, difficile. Avec lui, c'est tout ou rien. Ça a parfois été pris pour de la prétention, mais il ne suffit pas d'une jolie fille, intelligente et gentille pour l'atteindre. Il lui faut le truc qui le fera vibrer, le déclic qu'il n'a dû ressentir que deux ou trois fois dans sa vie. Il refuse de s'engager avec quelqu'un pour qui il n'y a pas ce truc. Ainsi, depuis l'âge des premiers émois, il a connu plus de flirts que de véritables relations amoureuses, ramenant de temps à autre quelqu'un pour une nuit lorsque ça le titillait trop dans le pantalon. Et puis, un beau jour, il a compris que celle qu'il lui fallait était là, sous ses yeux depuis toujours. (08) Iggy. Sa rousse, rouquine, rouquemoute. La fille à qui il a, toute sa vie, fait des blagues nulles à propos de sa couleur de cheveux, pourtant sublime. Il avait toujours affirmé que les rousses n'étaient pas son style mais comme on dit, il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. Ou peut-être qu'il savait depuis le début qu'il l'aimait. En tout cas, s'il y a bien une chose dont il est certain, c'est qu'il l'aime encore, malgré les disputes, la tension, la séparation. Elle a été l'amour de sa vie et à bientôt trente ans, Lewis a du mal à croire qu'il puisse connaître quelque chose de plus fort que ce qu'ils ont vécu durant cinq ans. (09) Il a beau être pessimiste, avoir dit plus d'une fois à Iggy d'être moins naïve à propos de la nature humaine, il a toujours tenté d'en extraire le bon. Il considère la politique comme une vaste lutte de pouvoir uniquement composée d'hommes maniant à la perfection des discours démagogiques et ça le dégoûte de les voir diriger le monde. Il est entier, Lewis. Il ne supporte pas les hypocrisies, les coups bas, les trahisons. C'est le genre de mec relou qui organise des réunions de groupe pour régler les problèmes quand il y en a. Il préfère une vérité blessante plutôt qu'un mensonge apaisant. Il préfère violemment se disputer plutôt que de laisser un malaise s'installer. Alors quand il a appris qu'Iggy avait couché avec Toby, ça l'a fait vriller. Il n'a pas réussi à appliquer ses propres valeurs qu'il clamait haut et fort depuis plus de deux décennies et a fini par se réfugier dans les bras ainsi que les draps réconfortants de Daisy, blessant au passage Ryder, son frère de coeur. (10) Il fut un temps où il était très, trop papa poule envers ses proches, surtout ses colocataires. Par fierté, il refuse de l'admettre mais il s'inquiète beaucoup trop rapidement dès que quelqu'un a le moindre souci. C'est peut-être dû au fait qu'il voit parfois de sales trucs dans le cadre de son boulot et qu'il a appris à faire attention aux autres, mais c'est viscéral. Il est capable de conduire Toby en urgence à l'hôpital à cinq heures du matin pour une simple plaie (parce que ça pourrait s'infecter et se contracter en maladie avec un nom latin à plus de trois syllabes, vous voyez), ou bien ne pourra s'empêcher d'aller vérifier cinq fois dans la même heure que Ryder va bien, même pour un coup de froid bénin (parce qu'une fois, il paraît que des collègues ont laissé une patiente juste cinq minutes dans l'ambulance et elle est décédée). Depuis que la colocation est le théâtre d'une tension palpable, il tente de se détacher, de moins s'en soucier. Pourtant, même s'il préfère d'apparence arborer un visage fermé et un silence de glace, il sait qu'il y aura toujours quelque part ce même regard terriblement anxieux s'il leur arrivait quelque chose. (11) S'il le nie depuis des années, Lewis s'avère être très mauvais perdant. Il est toujours le premier à se lever avec un air de conquérant pour n'importe quel jeu, mais est aussi le premier à crier à la triche dès ça ne va pas dans son sens. Il râle, tire la gueule, met une sale ambiance. A sept ans, il rouspétait déjà lorsqu'il perdait au Uno; ça n'a pas trop changé, vingt-deux ans plus tard. On l'écarte même volontairement de certains jeux tellement il peut se montrer pénible (ou alors on le tue dès la première nuit dans le cadre du Loup-Garou, histoire qu'il ne puisse pas débattre). (12) Fumeur régulier depuis ses quatorze ans, il avait presque réussi à arrêter, par amour pour Iggy. Enfin plutôt, il avait atteint le stade de la vapote, ce qui relevait déjà à ses yeux d'un miracle. Il déteste la cigarette électronique, c'est lourd, c'est moche, il a l'impression de fumer un stylo. Mais lorsqu'ils se sont séparés, il a replongé dans ses vieux démons et a troqué son stylo pour la bonne vieille clope dont il ne se sépare plus depuis quelques mois. (13) Le principal problème de Lewis, c'est qu'il est constamment dans le doute. Il sait ce qu'il est, se connait, peut prédire avec justesse ses propres réactions. Mais il n'est jamais certain de ce qu'il veut, ni de ce en quoi il croit. Ou alors, il change souvent d'avis. Élevé dans la religion catholique, mais pas sûr de vraiment croire en Dieu - ou bien y croit quand ça l'arrange. Se voir avec des enfants plus tard, mais ne pas être sûr de vouloir être père. Il essaye toujours de se donner cette image d'un type confiant, abouti, sûr de ses convictions mais au fond, il se cherche encore. (14) Il mange beaucoup. Genre, vraiment beaucoup, et souvent en plus. Sa phrase préférée se résume à "on mange quand/quoi/j'ai la dalle" balancée avec nonchalance dans la cuisine, même lorsque c'est la guerre dans l'appartement et que chacun dînera de son côté. Il n'a pour autant aucun problème de surpoids ou d'alimentation, malgré une hygiène de vie pas forcément la plus saine au monde. La vie est parfois injuste, en effet. (15) Ses parents l'ont toujours soutenu. Quand il a abandonné la fac, l'un comme l'autre n'a pas fait de commentaire, se contentant de lui dire "qu'il avait fait de son mieux". Ils ne lui ont pas montré une seule once de déception dans leur comportement, mais Lewis ne peut s'empêcher de se frustrer, sûrement tout seul. Il rêve d'être ce gars libre qui ne regrette aucun de ses choix et vit d'amour ou d'eau fraîche, ou bien il voudrait être l'autre, le type qui s'est battu comme un requin pour arriver là où il est. Lewis n'est ni l'un, ni l'autre. Ou un peu des deux, peut-être. Il est celui qui a toujours hésité sur la vie qu'il voulait mener et qui ne s'est suffisamment acharné pour aucune des deux. Il aime son job, vraiment. Mais parfois, quand il voit les regards étonnés d'anciennes connaissances de lycée lorsqu'il annonce ce qu'il fait dans la vie, il se surprend à regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 83

[sun is rising]
In my pockets : cellphone, pack of cigs, headphones, twenty bucks.
Friendships:
Availability: fr, (◈◊◊)

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:07

(1)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 83

[sun is rising]
In my pockets : cellphone, pack of cigs, headphones, twenty bucks.
Friendships:
Availability: fr, (◈◊◊)

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:07

(2)
Je poste histoire de mais je préfère prévenir, je ne pense pas souvent à passer sur mes fiches de liens donc n'hésitez pas à me MP, ce sera plus pratique et rapide Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:10

ouuuuuuui, le club des cinq enfin réuni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 122

[sun is rising]
In my pockets : nothing very interesting but still very useful
Friendships:
Availability: fr. busy. (tc, maeve, iggy, anja))

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:11

et bien évidemment, en grand frère d'Iggy, je me dois de la protéger et de te casser la gueule...
Moi ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 83

[sun is rising]
In my pockets : cellphone, pack of cigs, headphones, twenty bucks.
Friendships:
Availability: fr, (◈◊◊)

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:17

Daisy Donovan a écrit:
ouuuuuuui, le club des cinq enfin réuni
Spoiler:
 
   
Je veux bien endosser le rôle du chien, par grande bonté  

Léo Austen a écrit:
et bien évidemment, en grand frère d'Iggy, je me dois de la protéger et de te casser la gueule...
Moi ??
J'allais justement venir te voir, c'est obligé attends Je te MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:23


tu m'as littéralement tuée, je savais pas que c'était pas cinq humains, on va trouver autre chose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

the diem ain't gonna carpe itself.
avatar

Messages : 347

[sun is rising]
In my pockets : car keys, a zippo lighter, his spa badge, a paperback.
Friendships:
Availability: fr/en, (♟♟♟♟)

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 17:30

les one direction ?
ah non merde t'as dit cinq humains

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 182

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   Lun 16 Jan - 18:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ☐ real love starts to fall.   

Revenir en haut Aller en bas
 
☐ real love starts to fall.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» http://www.love-makeup.co.uk/ vous connaissez?
» Céreal Killer (Oatifix)
» I Love N......Y !
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» REAL BARRAY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter two/ shadow of love :: talk about fire all night :: scream in the holy light-
Sauter vers: