AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (2/4) piliers de comptoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: (2/4) piliers de comptoir.   Mer 11 Jan - 20:24

- we met by accident -
family/friends/lovers : tout ça à la fois.
Une bande d'éclopés de la vie, dissonante et dysfonctionnelle, qui se retrouve, se lie ou s'écharpe au gré de leurs humeurs devant le comptoir bruyant de l'unique bar de la ville. A mesure, ils sont devenus des habitués, du lieu et de leur barmaid attitrée, Daisy. Elle les sert et les écoute, joue à la médiatrice ou compte les points, suture parfois les plaies avec une bonne d'alcool et de jolis sourires et se plaît à être le témoin privilégie de la grande valse des sentiments, qu'elle admire toujours (mais de loin).
(♂) isaac (modifiable) nom au choix mais le même que son frère cadet / 30 ans - aucun - libre
Isaac c'est le sale gosse devenu sage perdu à nouveau dans les abysses. Élève turbulent, canaille et bagarreur, il préférait séduire les filles et fait rire les copains plutôt que de se construire un avenir. Jusqu'à ce qu'il la rencontre, elle, la fille qui a tout changé. Celle qui lui a fait connaître l'amour, le vrai, et pas celui qu'il cherchait sous les jupes des filles. Entre eux ça a été immédiat, une forme de coup de foudre suranné auquel il ne croyait pas. Lucy était le soleil et lui la pluie et à eux deux, ils savaient faire naître des galaxies. Isaac, c'est celui qu'on enviait de loin car sa vie semblait toute tracée : une jolie nana dévouée, la confiance en des sentiments éternels et une place de choix au sein d'une belle-famille fortunée, prête à l'embaucher dans la boîte familiale. Isaac et Lucy, ils allaient se marier y a de ça quatre ans. Elle était enceinte, radieuse, et lui se formait à un métier (au choix) sous l'oeil bienveillant de beau-papa tout en retapant un vieux ranch pour y installer la famille qui grandissait paresseusement dans son ventre. Mais Lucy, elle a perdu le bébé dans un accident de voiture, sa petite fille, et la culpabilité l'a rongée. Elle ne s'est jamais remis de cette perte, sa lueur s'est éteinte progressivement jusqu'à ce qu'elle décide de fermer ses paupières immenses sur le monde, laissant un Isaac démuni. Coupable de n'avoir pas su partager sa détresse. Détruit. Depuis il s'isole, enfermé dans les murs décrépis de ce ranch jamais fini, sauf la chambre d'enfant verrouillée à double-tour. Il peint, s'enivre et sort chaque nuit en revêtant des masques qui ne sont jamais siens. Menteur, charmeur, goguenard et grivois, Isaac noie son mal-être dans les filles qu'il traite (mal) mais qui ont toutes envie de le sauver de son auto-destruction méticuleuse. Il boit trop, se montre irascible, provoque et aime à sentir les poings esquinter sa chair. Il donne les premiers coups mais ne répond plus par la suite, parce qu'il a besoin de sa dose de douleur pour survivre. Et il aimerait en crever. Parce que c'est ça, le problème d'Isaac : il ne veut pas aller mieux. Lui, il rêve que le monde aille aussi mal que lui, il rêve d'incendier la terre entière en se consumant et cramer avec elle.
Les liens: Noah est son petit frère et son psy. Leur relation, toujours au beaux fixe, s'est délitée progressivement lorsque Isaac a rencontré Lucy, qu'il a mûri, qu'il a grandi, qu'il s'est épanoui là où son frère ne trouve son salut que dans le malheur des autres. Ce n'est pas étonnant qu'ils se soit rapprochés depuis le décès de sa fiancée... et que la présence de Noah, constante et doucereuse, est loin d'être bénéfique : au contraire, il le pousse sans cesse plus loin dans la déchéance, dans une manipulation passive qu'Isaac ne perçoit pas, bien trop mal pour cela. Il y a aussi Clara, la seule qui ne l'abandonne pas, la seule qui reste. Clara, l'amie de Lucy, Clara qui a choisi de vivre plus fort au lieu d'en périr, Clara éternelle amoureuse de lui qu'Isaac ne voit pas. Il la juge responsable de la mort de Lucy, car elle aurait du mieux l'aider, la soutenir (c'est faux, bien sûr, elle a été là, présence constante, bien plus forte que lui) et se montre d'une froideur glaçante. Sauf quand il n'a pas envie de prétendre d'être cette canaille grivoise qui plait aux filles pour mieux les sauter. Sauf quand il est seul et ivre, qu'il l'appelle et qu'elle s’exécute. Sauf quand il la baise pour mieux l'humilier juste après car Clara, elle est intouchable. Ce serait trahir Lucy. Ce serait accepter d'être heureux sans elle. Et puis il y a Daisy, derrière son comptoir, qui lui sert à boire à l'oeil et qui refuse parfois, quand il en a trop. Il y a ces moments où il apprécie sa désinvolture, son soutien silencieux qui n'a pas besoin de pitié ou de compassion, elle tend une oreille distraite, offre un sourire et puis c'est tout. Et puis y a ces moments où il la déteste parce qu'à ses traits se superposent ceux de Lucy. Elle lui ressemble. Un peu, beaucoup, il s'y perd et si souvent ça lui plaît, s'il aimerait essayer de prolonger l'illusion dans un abandon qui pue l'ivresse et la détresse, parfois, ça le trouble, ça le dérange, ça le démange. Dans son monde qui se cantonne au bar où il passe ses soirées, règne aussi Toby, dont les poings sanguins sont une morphine bienvenue. Il est à la fois son nemesis et son salut, celui qu'il provoque et cherche dans sa colère divine une forme de miséricorde. Ils frappent comme seuls les êtres brisés peuvent le faire et loin du bar, loin de l'alcool, loin des coups mats sur une peau tendre, peut-être qu'ils pourraient s'entendre après tout... Isaac est un con, et y a qu'avec la gamine qu'il n'agit pas ainsi. Rosie, la môme perdue rencontrée... au comptoir. Elle est brisée, comme lui, elle pue la détresse, comme lui, et s'il éprouve généralement l'envie, le besoin impérieux de détruire tout ce qui est un peu trop beau, elle ne rentre pas dans son schéma car elle tangue déjà sur un fil. Rosie, il lui a proposé de l'héberger dans son taudis et elle a accepté, nouant entre eux une lente relation fraternelle, fragile et caduque. Ils s'apprivoisent doucement, et souvent se froissent mais reviennent l'un vers l'autre, enivrés par la mélodie des coeurs brisés.  

suggestions d'avatars: c'est toi qui vois, moi je t'aimerai dans tous les cas  


(♂) noah (modifiable) nom au choix mais le même que son frère aîné / 28 ans - psychologue - libre
Noah, c'est un frustré. Désespérément envieux de tout ce que les autres ont et qu'il ne possède pas, il a la fureur de vie et l'aigreur au bord des lèvres. C'est le gosse qui avait des rêves plein la tête, une ambition démesurée et qui n'a jamais réussi à accomplir sa glorieuse destinée. Par manque de fonds, d'opportunités et peut-être aussi d'intellect car s'il est redoutable, fin manipulateur et clairement déviant, les connaissances élémentaires, ennuyeuses à mourir n'ont jamais été son fort. Lui rêvait de pouvoir, de politique, d'influence et si étudier les sciences politiques était hors de portée, il s'est naturellement dirigé vers la psychologie qui lui permettait cette forme de domination, de pouvoir sur l'autre. Plus implicite, plus retorse et personnelle. Mauvaise graine, mauvaise fréquentation, Noah se distingue néanmoins par des manières polies et charmeuses et une faculté immédiate à se faire apprécier du plus grand nombre, à l'inverse de son grand frère. Réalisateur du film de sa vie, il s'amuse avec ses patients comme d'autres avec les pions d'un échiquier géant et vit par procuration les sentiments qui ne l'effleurent jamais. Noah, il ne ressent pas grand chose. L'amour, l'amitié, la peine, la souffrance, tout ça ne l'effleure qu'à peine tant il paraît indifférent à tout, d'une froideur glaçante. Il singe par mimétisme les émotions qui le frôlent (je l'imaginais, par exemple, souffrir d'asymbolie à la douleur ce qui expliquerait certains de ses troubles) et reconnaît aisément posséder lui-même nombre de pathologies psychiatriques avec une lucidité désarmante. Car la force de Noah, ce qui le rend si bon dans les intrigues, c'est qu'il se connaît par coeur, et s'est accepté depuis longtemps. Il se fiche d'être froid, il se fiche d'être un salaud. En réalité, il se fiche de tout.
Les liens : Isaac est son grand frère, un sale gosse qui était son modèle et avec lequel il aimait faire tourner en bourrique sa famille sans le sou. Mais Isaac a trouvé le bonheur qu'on lui refusait en la personne de Lucy (lui, n'est jamais tombé amoureux, s'ennuyant des hommes, des filles, du sexe) et leur relation s'est lentement délitée. Mais l'élément perturbateur a mis fin à ses jours et Noah a resserré son emprise autour de son frère, heureux de le retrouver. Depuis, il le suit. Il est son psychologue attitré et si un Isaac bourru et détruit refuse de se faire aider, il sait toujours trouver les mots pour le convaincre de le suivre à son cabinet ou au bar. Pour autant, Noah n'est pas décidé à aider son frère, au contraire, il le préfère malheureux, dépendant à lui car c'est l'assurance pour un homme profondément seul de ne plus jamais l'être... Alors ses conseils sont mauvais, toujours, mais susurrés avec un tel talent qu'ils captivent et font sens. C'est sa force. C'est la raison pour laquelle Noah et Clara se méprisent cordialement : car il perçoit en elle l'amour, pur et salvateur, qu'elle porte à Isaac et sait qu'elle finira par le lui arracher. Alors, il s'essaye à la manipulation sans grand succès sur cette fille sans prise, trop vivante, trop confiante pour se laisser dévorer. Ce n'est heureusement pas le cas de Rosie l'agneau adopté par Isaac, la pauvre gamine dévorée par la vie qui boit ses paroles. Il est tout ce qu'elle aime chez un homme et si elle a quitté un homme abusif, Noah entend bien le remplacer et emplir tant son coeur qu'il n'y aura plus la moindre place pour Isaac à l'intérieur. Car Noah, il trouve une beauté folle à la destruction. Comme Liam, l'un de ses rares amis, sans doute le seul. A la grande époque où il organisait des fêtes fastueuses, Noah était son bras droit, celui qui se chargeait de la logistique sans broncher, attiré par la richesse de son milieu et son envie de lui ressembler, d'être lui, entre crainte et fascination. S'il ne l'a pas vu durant près de dix ans, le retour de Liam ici-même fait renaître en lui les mêmes sentiments. La jalousie en plus, la peur en moins car il n'est plus un ado impressionnable devant un homme plus âgé, plus riche, plus populaire. Et Noah, il en a marre d'admirer un type qui réussit alors qu'à l'intérieur, il est aussi pourri que lui, seulement moins vide. Lui aussi, veut réussir et sa réussite passe par Sita cette femme plus que bonne, fiancée à Liam. Il la veut, Noah. Il la veut comme il n'a jamais voulu personne avant elle, convaincu qu'arracher la latina à son meilleur pote est un premier pas dans sa vie, une vie qu'il a toujours ardemment désirée, sans savoir que Liam est ruiné. (je n'ai pas rédigé de lien avec daisy car elle n'est pas essentielle dans cette configuration, on verra sur place, je pensais partir sur un lien au lycée mais dans tous les cas, ça sera du négatif/conflictuel, si ça te va (:)
suggestions d'avatars: c'est toi qui vois, moi je t'aimerai dans tous les cas

(♀) clara (modifiable) nom au choix/ 27 ans - emploi au choix (quelque chose de gratifiant, qui implique des études supérieures) - prise (sky)
Clara, c'est la fille qu'on rêve tous d'avoir dans son entourage. Une nana stable, qui ne te trahira jamais et sera toujours là pour toi. Clara, elle est digne et forte, sereine sur son avenir et à l'aise dans ses baskets mais elle est méfiante, désastreusement méfiante. Elle se cache derrière des murailles gigantesques et ne se laisse approcher qu'après une longue période de tâtonnements. En amitié, comme en amour, elle est redoutablement prudente, s'isole pour ne pas qu'on l'utilise comme cela a été le cas par le passé et peine à s'ouvrir aux autres, elle qui a pourtant tant à offrir. En contrôle, dans son travail gratifiant comme dans sa vie privée, c'est une fille qui semble facile à comprendre mais qui reste une énigme tant elle n'offre pas de prises, jamais. Sauf dans ce bar, son repaire depuis des années, empli d'habitués qu'elle a appris à côtoyer. Entre ces murs, elle ôte un peu son armure, sourit et rit facilement à mesure que les verres s'enchaînent et c'est étrangement un peu ivre qu'elle est le plus elle-même. Prévenante, généreuse, ouverte, facile à aimer, à séduire sans aucune autre promesse qu'une nuit hors du temps. Clara, elle promène toujours l'air grave des gens trop réfléchis, de ceux qui pensent tout et soupèsent la moindre décision jusqu'à l’écœurement. Clara, elle ne fait jamais de vague, elle est ambitieuse, mature, elle a grandi trop tôt et connaît le prix des sacrifices alors tout ce qu'elle veut, c'est une jolie vie. Une existence sécurisante, routinière, boulot-métro-dodo et tant pis si ce n'est pas ses aspirations premières. Elle, elle a besoin de stabilité. Sauf les soirs où elle vient se perdre au comptoir et laisse à l'entrée son énergie féroce et ses grands airs de reine des glaces.
Les liens : Elle n'a jamais voulu ça, Clara, mais c'est arrivé. Elle est amoureuse, désespérément amoureuse, comme elle ne l'a été qu'une auparavant (et ce fut douloureux). L'heureux élu (sic) ? Isaac, si dur, dont une partie est déjà morte en même temps qu'elle, sa fiancée qui était aussi sa meilleure amie. Clara, elle a toujours aimé Isaac. Elle l'a aimé en dissimulant toute ambiguité derrière une admiration inébranlable pour le couple qu'il formait avec Lucy, sa soeur de coeur depuis toujours mais elle l'avait dans la peau, sans jalousie, sans rancoeur, sans autre chose qu'une dévotion profonde envers sa meilleure amie qui lui empêchait toute approche. Quand Lucy est décédée, ça a été dur mais Clara, si forte, a affronté sa mort avec une dignité renversante. Elle a été là, partout, pour tout le monde alors qu'elle aussi, avait mal. Ils l'ont tous acceptée, sauf Isaac qui l'a rejetée, la jugeant responsable de son suicide, elle qui aurait du savoir, elle qui aurait du voir. Clara, elle encaisse. Elle encaisse car ses sentiments sont toujours là, plus forts, libérés de l'entrave de la culpabilité car elle sait, que Lucy aimerait qu'il soit heureux et qu'elle est en mesure de lui offrir à nouveau ce bonheur qu'apporte les sentiments exaltés. Alors Clara n'abandonne rien malgré sa dureté, malgré ses rejets, elle reste là, à boire près de lui, à lui faire l'amour lorsqu'il est trop soûl pour la traiter correctement et à subir son courroux le reste du temps. Elle est d'ailleurs la seule qui perçoit une once de la manipulation passive, déplorable, que Noah exerce sur son frère. Clara, elle le méprise et ne se gêne jamais pour lui faire comprendre en privé. Elle lit en lui parce qu'elle en a connu, un gros con. Liam, celui qui vola son coeur à l'adolescence et s'amusa avec jusqu'à se lasser d'un organe réduit comme peau de chagrin. Elle était jeune, naïve, mal armée contre les salauds qui se meurent d'ennui et elle l'a laissé l'abuser pendant des mois, l'humilier, la tromper, parier sur ses réactions entre amis jusqu'à tarir tous ses sentiments et les muer. Non pas en haine, mais en indifférence. Alors Noah, ami de cet ancien petit-ami toxique, elle croit effleurer la noirceur de son âme et ne veut surtout pas la connaître. Elle cherche d'ailleurs à en préserver Isaac qui refuse de l'écouter et Rosie l'agneau épris du grand méchant loup. Rosie, c'est sa responsabilité. Une énième qu'elle se colle sur le dos, car c'est ce qu'elle fait de mieux, Clara : s'oublier au profit des autres, recoller les morceaux et tant pis si pour ce faire, elle doit les arracher de sa propre chair. La détresse de Rosie, cette môme au bord d'une route déserte de l'Arizona l'a frappée en plein coeur et Clara l'a recueillie dans sa voiture comme un demandeur d'asile, l'entraînant dans sa ville, dans son monde. Mais la petite ne se laisse pas facilement apprivoiser, elle, elle préfère la noirceur d'Isaac et Clara en souffre, en silence, de cette connexion entre eux qu'elle ne partage pas. Elle qui n'est que lumière souhaiterait se faire ombre pour partager leurs douleurs et s'en faire accepter sans savoir que Rosie, derrière ses silences contrits, pourrait lui offrir son coeur si le sien venait à rompre. De derrière son comptoir, Daisy participe allègrement à offrir à Clara le grain de folie qui n'existe pas dans son existence bien rodée. Bien qu'elles se soient côtoyées toute leur scolarité, Daisy et Clara n'ont jamais été très proches : l'une trop désinvolte, trop proches des garçons et l'autre trop sérieuse, vivant dans l'avenir au lieu du présent. Elles se sont retrouvées récemment, libérées des préjugés adolescents et s'apportent beaucoup, bien que leur relation se cantonne pour l'instant aux quatre murs du bar. (à développer ensemble)
suggestions d'avatars: c'est toi qui vois, moi je t'aimerai dans tous les cas

(♀) rosie (modifiable) nom au choix / 22 ans - emploi au choix, mais vient d'arriver - prise
Rosie, c'est la gamine à la silhouette hallucinée et au sourire triste qui hante les rues de Redcliff, où elle vient d'échouer presque malgré elle, en auto-stop. La môme, elle porte son coeur entre ses doigts et les plaies qui vont avec. Elle avait tout pour être heureuse à Phoenix et s'est effondrée en même temps que sa plus belle (et seule) histoire d'amour. Rosie, son seul tort, c'est d'avoir aimé avec une force prodigieuse, c'est d'avoir tout donné, tout, absolument tout, juste pour que le garçon qui a volé son coeur depuis l'enfance l'aime un peu en retour. Même si c'est moins qu'elle, ça ne fait rien. Rosie, elle est influençable, elle est fragile et malléable, elle est trop gentille et dépendante affective, elle a besoin du regard des gens pour lui offrir une sérénité qu'elle peine à posséder. Et malheureusement, elle a eu besoin de son regard. Rosie, elle est devenue la fille que pouvait aimer ce mauvais garçon, et le reste ne compte pas : les amis, sa famille, ses études où elle brillait, elle s'est éloignée de tout ça pour rejoindre le monde d'en-bas, celui de la boisson et des emmerdes, de la baise mais jamais de l'amour. Lui, il était charismatique, magnétique, rebelle et ... dominant. Elle, elle l'aimait, elle aurait tout fait pour lui jusqu'au point de non-retour. Jusqu'au premier coup, puis le deuxième, puis les autres. Rosie a tout subi jusqu'à ce qu'un sursaut venu des tréfonds de son âme ne lui fasse réaliser qu'il allait être bientôt trop tard pour s'échapper d'entre ses griffes. Alors la môme a fourré deux trois affaires dans un sac et a abandonné le squat minable dans lequel elle vivait avec lui pour s'enfuir. Elle a sauté dans une voiture, silencieuse et sauvage, avec ses bleus au corps et au coeur et c'est Redcliff qui fut son terminus. Rosie, elle est silencieuse, triste et pâle, au fond de ses grands yeux ternes on lui donnerait mille ans, une vieille âme et un corps meurtri. Rosie, elle refuse de vivre, elle est triste à en crever et attend sagement de faner. Mais au lieu de ça, elle a été cueillie. Attachante, malheureuse, généreuse, sauvage et farouche, Rosie oscille entre son envie d'être sauvée d'elle-même et celle de se murer dans un mutisme qui n'impressionne personne, tant cette gosse pue la détresse et n'a rien d'un félin.
Les liens : Isaac, elle l'a rencontré au bar et a immédiatement été attirée par lui, par le chant des sirènes qui poussent et attirent les âmes brisées l'une vers l'autre. Ils se sont trouvés, entre malheureux. A ses côtés, elle est moins fermée, moins réservée, moins timide. Elle ose mettre des maux sur ses mots et lui, se montre moins violent, taciturne et désagréable. Ils s'apprivoisent. Doucement, sûrement. Aussi, lorsqu'il lui a proposé sur le coup de l'ivresse de venir vivre chez lui, dans ce taudis qu'il ose appeler un ranch, elle a hoché la tête la gamine. Elle a pénétré un univers interdit à tous, figé dans un passé heureux et s'échine à rendre à la maison son charme d'antan, à insuffler la vie et les couleurs qu'elle ne possède plus, tout en sombrant à ses côtés, dans le spectre de la dépendance et de la dépression. Rosie, elle ne sait pas s'ils s'aident ou s'ils se noient mais tant qu'elle est avec lui, ça lui va. Jour après jour, Isaac devient le frère qu'elle n'a jamais eu. Contrairement à son frère à lui, Noah qui devient bien davantage. Rosie au coeur fané se surprend à tomber pour lui l'homme captivant qui parle si bien, qui est si beau, charmant et charmeur. Elle discerne en lui tout ce qui lui plaisait chez son ex petit-ami sans le côté abusif, sans les violences et les humiliations quotidiennes. Du moins c'est ce qu'elle croit, la môme, aveugle à un syndrome de Stockholm qui est pourtant bien présent et s'entête à remplacer un bourreau par un autre. Car si Noah répond à ses avances, s'il se montre ouvert, prêt à lui plaire, il n'est pas sain et risque de bousiller au reste la petite poupée. C'est Clara, la responsable de sa venue ici. C'est elle, à Phoenix pour son job, qui a ralenti pour recueillir la môme au visage baigné de larmes et aux hoquets suffoquants, incapable d'exprimer ce qui faisait si mal. Elle lui a demandé où elle se rendait et la gosse s'est contentée de hausser les épaules. N'importe où. Ce fut ça, sa réponse alors ce fut là. Et depuis, Clara la fille unique, amputée de sa soeur de coeur partie trop tôt, elle veille sur Rosie comme une louve, voit d'un mauvais oeil son rapprochement avec Noah, souffre en silence de la savoir proche d'Isaac dont elle est amoureuse et qui la rejette. Mais elle ne l'abandonne pas et Rosie, elle pourrait l'aimer de toutes ses forces, elle le sait. Au bar, la gosse fait office de mascotte et ses efforts pour se faire apprécier de tous (quand elle ne sombre pas dans un silence grave qui fend le coeur) ne sont jamais ignorés. Daisy ne fait pas exception et il n'est pas rare qu'elle fourre ses pourboires dans les poches trouées de Rosie, en secret, pour l'aider sans la gêner. Daisy à la vie facile, Daisy qui ne pige rien à la souffrance, à la peine, elle est fascinée par Rosie, qu'elle rêve de prendre par la main en lui promettant que tout ira bien, toujours. Même si c'est faux.
suggestions d'avatars: c'est toi qui vois, moi je t'aimerai dans tous les cas  


pour les membres déjà en place, si vous souhaitez que j'ajoute des liens entre vos personnages et ces loustics, n'hésitez surtout pas, ils sont volontairement assez libres


Dernière édition par Daisy Donovan le Mer 18 Jan - 19:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Mer 11 Jan - 23:45

Coucou. I love you
C'est tellement bien tourné que je craque pour le rôle d'Isaac. I love you Etant donné que l'avatar était au choix et le prénom modifiable, j'ai pris de la liberté. :)
Revenir en haut Aller en bas

the diem ain't gonna carpe itself.
avatar

Messages : 347

[sun is rising]
In my pockets : car keys, a zippo lighter, his spa badge, a paperback.
Friendships:
Availability: fr/en, (♟♟♟♟)

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Mer 11 Jan - 23:51

coucou on va se mettre sur la tronche toi et moi bô gosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Mer 11 Jan - 23:53

Oh que oui et j'ai hâte ! I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 17

[sun is rising]
In my pockets : his beloved amex centurion card (linked to a frozen account)
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Mer 11 Jan - 23:54

Landon Keynes a écrit:
Coucou. I love you
C'est tellement bien tourné que je craque pour le rôle d'Isaac. I love you Etant donné que l'avatar était au choix et le prénom modifiable, j'ai pris de la liberté. :)

kioukiou, ici daisy qui est bien ravie
tu as bien fait de prendre des libertés, ce sera juste un peu fastidieux à modifier ici mais cltr+f me viendra en aide
j'ai beaucoup trop hâte de lire ta fiche et je te mpotte asap pour les détails de notre lien, car j'ai volontairement laissé très libre vu que dee n'est pas du tout le lien essentiel au truc (oui j'ai plus créé des prédéfinis que des pré-liens pour mon bb mais c'est mon amour pour hog qui veut ça Arrow) bref j'espère que le reste arrivera très vite car ça promet de beaux rps et plein de feels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 25

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français (0/2)

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 11:37

j'ai craqué (merci Landon Rolling Eyes ) et j'ai opté pour Clara, j'ai juste changé le prénom
j'espère que l'avatar vous plaiit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 11:40

alors toi t'as de la chance, t'as le droit à la double-dose de moi, on va frôler l'indigestion
je te mpotte dans la journée pour les liens (surtout celui avec liam dont j'ai un peu parlé dans ma fiche mais qu'on peut adapter pour le rendre moins pire car clarasky - très joli nom - ne mérite pas ça du tout )
bienvenue I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 41

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 12:45

Une petite place pour moi ?
Je suis complètement tombée amoureuse du personnage de Rosie , j'espère que l'avatar te convient. J'crois que j'ai été influencée par le prénom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 12:54

c'est exactement l'avatar que j'imaginais en écrivant le rôle donc c'est un peu dingue (et on peut pas dire que c'est à cause du prénom, il m'a été soufflé dans la cb ) bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 14:43

Rosiiiiie. I love you
J'ai hâte ! Tu es trop mimi avec cette bouille !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 11

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 21:24

bonsoir, j'ai eu un coup de cœur incommensurable pour rosie, son histoire était touchante à mourir.
est-ce que je peux tenter aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   Jeu 12 Jan - 21:46

bonsoir, bonsoir
moooh ravie que bb rosie plaise par principe j'interdis pas du tout le compétition (parce qu'on sait jamais si tout le monde va finir sa fiche, toussa toussa) mais bon je l'encourage pas non plus parce que c'est super frustrant dans le cas où tout le monde finit sa fiche, que les deux sont ultrabonnes et que toi t'es là à devoir te dépatouiller entre deux joueuses excellentes
donc si la compétition te gêne pas, feel free, sinon je comprends moi-même j'aime pas
et puis dans tous les cas, on aura un lien avec dee ou liam, j'y tiens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (2/4) piliers de comptoir.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(2/4) piliers de comptoir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le comptoir des normandies
» Militantisme de comptoir!!!!
» Brèves de comptoir
» Comptoir des Cotonniers
» Blague de comptoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter one/ curse the weather :: lying in bed wide awake :: there's no one by your side-
Sauter vers: