AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 12

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 19:44

   

- vaïana warhol -
vingt-deux ans - interne en médecine - indian legend
date, lieu de naissance: je suis née il y a vingt-deux ans, le quatorze février dix-neuf cent quatre-vingt quatorze, dans cette belle ville qu'est Redcliffe. J'y suis née et je ne l'ai jamais quitté. nationalité, origines: je suis américaine mais, j'ai des origines française et plus spécialement de l'île de la Réunion. statut civil, orientation sexuelle: à quelques détails près, j'aurais pu dire mariée, ou au moins fiancée mais, je suis libre comme l'air, célibataire malgré moi. Je n'ai toujours intéressée que par les hommes, je n'arrive pas à m'imaginer avec une femme, aussi belle soit-elle. job, statut financier: avant d'apprendre mon cancer, je me lançais dans des études de médecine, je me suis battue et j'y suis arrivée, je suis interne en médecine au centre médical. Pour l'instant, je n'ai pas le salaire d'un grand chirurgien mais, ça va, je ne suis pas pauvre non plus. situation familiale: un papa aimant à la retraire, un maman ange que je n'oublie pas, trois frères et deux sœurs. Une famille unie pour la plupart, des caractères différents, des embrouilles, de l'amour, de l'incompréhension. Beaucoup trop de monde pour que ce soit calme. traits de caractère: loin d'être calme, tout le temps la bougeotte, excitée, compréhensive, douce, aimable, sociable, sincère, joueuse, marrante, sûre d'elle, perfectionniste, râleuse, caractère de cochon, jalouse, enfantine, fragile, peureuse, excessive, impulsive, piplette, trop naïve, chiante, insouciante, vrai petit clown, fêtarde, folle. avatar, crédits: selena gomez, tumblr gomez gifs.

- it's these expressions you never give -
(+) je suis une vraie bordélique mais, à cause de ma greffe, je dois faire attention à ne pas vivre dans la saleté (+) je fais tout le temps le clown, fais des grimaces et raconte des blagues pas marrantes où je suis la seule à rire. Pourtant, elles sont marrantes mes blagues (+) j'ai un fort caractère et suis du genre à agir avant de réfléchir, souvent impulsivement (+) j'ai des goûts très éclectiques en matières de fringues (+) j'ai toujours fait des choix de cœurs sans forcément y réfléchir (+) je n'aime pas les fêtes telle que la st valentin, la fête des mères, pères car je les trouve trop commerciales et je pense que je n'ai pas besoin de fête pour prouver mon amour (+) je tiens un journal intime depuis que je suis gamine et n'ai jamais cessé d'écrire dedans (+) je ne parle pas beaucoup lorsque je suis entourée de personnes que je ne connais pas (+) pourtant, dès que je suis à l'aise, je ne m'arrête plus de parler, quitte à saouler les autres. Je n'aime pas les blancs, ça me stresse de trop alors je parle, de tout et de n'importe quoi (+) quand je m'énerve, je joue toujours avec mes cheveux. D'ailleurs, quand je suis stressée ou amoureuse aussi. En fait, mes cheveux c'est ma vie (+) je déteste perdre aux jeux, j'arrive toujours à tricher sans que personne n'en sache quelque chose (+) je voue une admiration à tout ce qui concerne disney, offrez-moi stitch en peluche et je vous aimes à jamais (+) je n'ai connu qu'un seul amour dans ma vie et depuis, je divague un peu par-ci par-là (+) j'ai appris qu'il était marié et avait une famille lorsque j'ai du travailler avec sa femme à l'hôpital (+) je ne tiens pas en place, impossible pour moi d'arriver à me canaliser (+) tous les jours à mon réveil, j'adresse un message de remerciement à la personne qui m'a donné ses poumons (+) je n'ose pas aller sur la tombe de maman, je n'arrive pas à tenir (+) je suis une couche-tard, lève-tard mais, avec mon boulot, je suis très désordonnée (+) j'ai deux chiens, un chat, une tortue, des poissons et ma dernière folie, je veux un écureuil (+) je joue au football depuis que j'ai un nouveau souffle (+)


✻ ✻ ✻
pseudo, prénom: mzelletracy. âge, pays: vingt-deux ans, France. personnage: inventé + pré-lien si ava accepte. dédicace: liam et toby .


Dernière édition par Vaïana Warhol le Jeu 12 Jan - 1:46, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 12

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 19:45

- keep me searching for a heart of gold -
Maman et papa ont été à l'hôpital aujourd'hui. Et puis, ils sont rentrés mais, maman avait le visage tout rouge, comme quand elle s'énerve fort. Sauf que là, c'est parce qu'elle était triste, maman avait pleuré. Et puis papa nous appelle tous, un à un, pour les rejoindre au salon. D'habitude, papa il a une grosse voix qui fait peur mais, aujourd'hui, c'est une voix toute douce et qui tremble qui sort de sa bouche. On se rassemble et on s'assoit. Six enfants, ce n'est pas de tout repos. Alors on se dit que peut-être maman elle est juste fatiguée et qu'elle a besoin de repos. Si c'est ça, je peux faire des efforts pour me calmer et pour l'aider aussi à faire la vaisselle. Sauf qu'il faudra m'acheter un marche-pied parce que sinon, je suis trop petite pour atteindre le robinet. Parce que même quand je veux me laver les mains, c'est maman qui me porte pour que l'eau, elle coule sur mes mains. On se pose tous des questions, on n'aime pas voir maman pleurait nous. Normalement, maman elle rigole tout le temps, elle fait des blagues, ça fait bizarre de la voir comme ça. Et puis, papa commence à parler, je crois qu'il en a des choses à dire mais, que ça veut pas sortir de sa bouche. « Les enfants, comme vous savez, avec maman, nous avons été à l'hôpital aujourd'hui. Et malheureusement, nous n'avons pas de bonnes nouvelles à vous annoncer. » On est tous bouche-bée devant lui, attendant le moindre mot, la moindre explication à ce rendez-vous où ils ont été. « Maman est très malade. Elle a un cancer, ce qui veut dire que dans son corps, il y a des mauvaises bêbêtes. Et maman, elle doit se faire soigner pour faire partir les mauvaises bêbêtes et en remettre des bonnes dans son corps. Mais, les bêbêtes, elles sont très fortes alors, elle va devoir beaucoup se battre maman. » Je sais que papa, il explique comme ça pour moi et mon frère surtout, parce que j'ai l'impression que mes grands frères et sœurs, ils ont déjà compris ce que ça voulait dire le cancer. « Dis papa, est-ce que tu peux m'inscrire à la boxe s'il te plait ? » Tout le monde me regarde comme si j'avais dit une bêtise mais, moi je sais que j'ai pas dit une bêtise. Quand je dis ou je fais une bêtise, maman se fâche tout rouge mais, là elle me regarde c'est tout. « On en discutera avec maman si tu veux ma puce mais, pourquoi pas de la danse ? Pourquoi tu veux faire de la boxe ? » De la danse, je vois pas comment ça peut m'aider. Moi, ça m'intéresse pas. « Ben avec la boxe, je vais pouvoir aider maman à battre les mauvaises bêbêtes. Je serai forte et je mettrai des gros coups, ils auront mal, ils partiront vite, hein c'est vrai maman ?! » Mais, maman arrête de pleurer et se met à rire. Puis, tout le monde la suit mais, moi je ne comprends pas, je veux vraiment l'aider moi ma maman.

Depuis qu'on a appris que maman est malade, on la voit souvent partir à l'hôpital. C'est devenu une habitude mais, à chaque fois, ça me fait mal au cœur et au ventre, comme si ça se tordait en deux au fond de moi. Elle m'a expliqué qu'elle y allait pour faire un traitement, pour essayer de tuer les mauvaises bêbêtes que maintenant on appelle cellules. Mais, jamais maman veut que je viennes avec elle, pourtant je veux l'aider moi à s'en débarrasser. Et puis, quand maman rentre, elle va se coucher parce qu'elle est très fatiguée. Je me demande vraiment ce qu'ils font à ma maman mais, je crois qu'elle court tout le temps parce que quand elle rentre, elle n'arrive même plus à marcher. Puis, un jour elle nous dit qu'elle va plus avoir de cheveux, que c'est à cause de ce qu'ils font à l'hôpital. Mais, elle espère que ses mauvaises cellules partiront en même temps que ses cheveux et que ce sont de bonnes cellules qui arriveront quand ses cheveux repousseront. Maman, elle n'a plus de cheveux mais, elle est toujours la plus belle, surtout lorsqu'elle met ses foulards de toutes les couleurs sur sa tête. Dans la rue, tout le monde regarde maman bizarrement mais, je crois que c'est parce que, eux aussi, ils la trouvent belle alors moi, je leur souris et je serre fort la main de maman. Mais, un jour, maman elle n'arrive plus à sortir, elle n'arrive même plus à me serrer la main. Papa, il pleure et maman dit que ça va aller, qu'elle sera toujours là, qu'on ne doit pas l'oublier. Moi, je comprends pas au début puis, on m'explique que les mauvaises cellules sont plus fortes que maman et qu'elle n'arrive pas à avoir des bonnes cellules. Je demande alors à papa « On peut aller au supermarché faire des courses ? Je vais lui acheter de nouvelles cellules, toutes belles et qui vont pas lui faire de mal. » Pourtant, c'est trop tard. Maman part avec les pompiers à l'hôpital, elle me dit au revoir et me promets qu'elle m'aimera toujours. C'est la dernière fois que j'ai vu maman, elle n'est jamais revenue de l'hôpital. Papa m'a dit que maintenant, maman était au ciel, qu'elle nous surveillait et qu'elle était notre ange. Moi, je pense que c'est l'étoile qui brille le plus la nuit, c'est sûr, ça doit être son foulard jaune doré qui fait ça.

Le cœur qui se serre et qui bat à cent à l'heure, je n'ai jamais ressenti ça avant. Mais, il est là devant moi, le plus beau garçon du lycée. Je n'arrive pas à y croire, jamais auparavant, il n'a posé les yeux sur moi et voilà qu'aujourd'hui, il voulait même me parler. Je crois que je souris bêtement, ça se voit tellement que mes copines au loin en rigolent. « Salut Vaïana, dis j'ai un truc à te demander mais, je sais pas comment te le dire... Tu me plais beaucoup, tu voudrais sortir avec moi ? » Au fond de moi, je rigolais aussi énormément. J'avais quinze ans et lui dix-sept ans mais, sa demande avait l'air de venir d'un enfant à peine âgé de dix ans. Il était mignon quand même, avec ses yeux noisettes et cette manie de toujours se pincer les lèvres. « Oui, j'aimerai bien ! » Ce n'était pas le garçon le plus calme et sage du lycée, loin de là même. Il séchait souvent les cours, avait une réputation de mauvais garçon, d'irrespectueux mais, je savais qu'il pouvait être adorable. Il avait tout ce que j'aimais et j'adore les petits détails qu'il portait si bien. Sa boucle d'oreille à l'oreille gauche, ses deux premiers tatouages sur son bras droit, cette petite barbe encore timide mais qui commençait à pointer le bout de son nez. Et puis, cette façon de me toucher le visage, de rapprocher ses lèvres des miennes, cette façon de m'embrasser. Je fondais complètement pour ce gars. Mon premier vrai baiser, j'avoue que c'était un peu mouillé et j'étais un peu perdue avec le sens dans lequel tourner ma langue mais, ce baiser, c'est le plus beau de ma vie.

« Je suis désolée mademoiselle, vous avez un cancer des poumons. » Je tombe de haut, moi qui pensais que la page était tournée, que jamais plus nous n'aurions à faire à une nouvelle bataille. Mon pauvre père, il ne méritait pas ça, il avait déjà bien souffert du décès de sa tendre épouse, de sa meilleure amie. Mes frères, mes sœurs, ils n'arriveront pas à accepter un nouvel échec. C'est bien trop pour notre famille, cette foutue maladie ne veut donc plus jamais nous lâcher. J'ai vingt ans et aujourd'hui, ma vie vient de bousculer dans un cauchemar interminable. J'étais fatiguée depuis quelques temps, pas du tout en forme, des difficultés à respirer. Je penchais pour une allergie ou une connerie de ce genre. Mais, les examens ont révélé tout autre chose. Le cancer que maman avait, il était possible que quelqu'un de la famille l'ai aussi. Mais bon, il y avait aussi de fortes chances pour que nous soyons tous en bonne santé et c'était le cas, jusque-là. Mais, j'ai appris que j'avais un cancer, avancé en plus et que j'avais bien grand intérêt à me soigner très vite si je ne voulais pas perdre cette bataille. Mais, je n'y croyais déjà plus, je pensais déjà à rejoindre maman. J'ai du l'annoncer à mes proches, un véritable choc pour tout le monde mais, ils m'ont tous soutenu et ça faisait tellement de bien. Il n'y a qu'une personne à qui je n'ai pas réussi à le dire.

« Non, je ne peux pas, je suis désolée mon chéri. » Pourtant, tout était beau, comme dans un conte de fée. Des roses rouges dans les mains, des pétales qui nous entouraient, de la musique, du violon et mon homme, mon amour depuis cing longues années, depuis cette fois où il m'avait demandé de sortir avec lui alors que nous étions encore au lycée. Tout était parfait vraiment, même son genou à terre, même cette bague qui brillait de mille. Tout était extraordinaire comme son discours relatant notre relation et son amour pour moi et tout comme sa demande, sa demande en mariage si sincère qui m'a fait versé quelques larmes. Je l'aime cette homme, je l'aime comme ce n'est pas permis. Il est ancré en moi, il coule dans mes veines. J'ai même son initiale tatouée derrière l'oreille. Cette homme, c'est ma vie, c'est mon passé, mon présent mais, ça ne pourrait être mon futur. Malgré cette soirée inoubliable, je ne peux accepter sa demande. Et même si ça me blesse autant que lui, je ne veux pas lui faire subir ma maladie, je ne veux pas le voir dans le même état dans lequel j'ai vu mon père auprès de ma mère. Je ne veux pas partir et le laisser veuf, sans quelque chose pour se consoler. Je ne peux pas assumer tout ça, je ne veux pas, je n'y arrive pas. Alors, je préfère refuser. Cette réponse signera la fin de toute une vie, toute une histoire, tout notre amour. Dès le lendemain, il s'en alla et je ne le revis plus jamais. Notre histoire avait pris fin sans même que j'eus le courage de tout lui expliquer.

Je suis de plus en plus fatiguée, mes cheveux commencent à tomber. Quand je me regarde dans le miroir, je revois maman qui s'apprêtait encore en se maquillant et en mettant un beau fouloir. Moi, je n'en ai même pas envie. Je veux juste aller me coucher et m'endormir pour ne plus me réveiller. A quoi bon, de toute façon, je vais y rester. Pourquoi alors, je me lève chaque matin pour aller faire ces chimiothérapies qui ne servent à rien. Si mon père ou mes frères n'étaient pas là pour me bouger le cul, je resterai dans mon lit, à crever et à espérer être auprès de maman. Et puis, comme si la vie sentait que j'en étais au bout de mon espérance, un cadeau du ciel tomba. Je reste persuadée que maman y est pour quelque chose. Un appel allait changer totalement ma vie. J'allais avoir une greffe de poumons, la dernière chance pour moi de retrouver une vie totalement normale et de tirer un trait sur toute cette souffrance physique et mentale. L'opération pris quelques heures et était très risqué mais, à mon réveil, ma famille avait les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres. J'étais vivante, l'opération avait ponctué d'un grand succès. Bien sûr, les semaines à venir allaient être les plus importantes car, il ne fallait pas que je fasse de rejet. Mais, j'étais déjà prête à prendre soin de ces nouveaux poumons et à remercier ce don anonyme qui m'avait sauvé la vie.

Aujourd'hui, j'étais transférée en néo-nat pour approcher ce service et comprendre comment cela s'y passait. Depuis mon arrivée, je n'arrêtais pas d'entendre des félicitations fusaient en provenance du médecin qui me notait et me conseillait. Elle était belle, blonde et intelligente. Elle avait l'air aussi d'être froide et d'avoir du mal avec les petits nouveaux aussi doués qu'elle. Avec moi, ça ne passait pas forcément bien mais, ce n'était pas l'enfer non plus. Alors, par audace et aussi par folie, j'osa lui demanda « on vous félicite pour quoi au juste ? » Elle m'y sa main sur son ventre et afficha un grand sourire. « Mon mari et moi attendons notre premier enfant. » Une bonne nouvelle en effet pour toute personne souhaitant construire une famille. Un rêve que j'avais autrefois mais qui s'est évanouie aussi vite que mon sourire lorsque je fis face à la photo de mariage que me tendait le médecin. « Tenez, là c'est mon mari et moi à notre mariage il y a un an. Je vous avoue que j'espère que cet enfant va nous redonner une nouvelle flamme car, mon mari s'est quelque peu éloigné. » Cet homme, c'était l'homme que j'avais aimé profondément autrefois. Celui que j'avais failli épouser et à qui j'avais tout simplement dit non. Cet homme, c'était l'amour de ma vie. Cela faisait plus de deux ans que je n'avais pas eu de nouvelles de lui et voilà qu'aujourd'hui, j'apprenais qu'il était marié, aller être père de famille mais, surtout que sa femme était ma supérieur. Une sacrée journée en perspective. Et sans même que je ne le demande, elle se laissa aller à quelques confidences. « Vous savez, mon mari n'a jamais été le genre d'homme très raisonnable et très posé. Il a quelques soucis avec la justice, même encore maintenant alors j'espère qu'avoir un bébé va un peu le calmer. » Alors, il était retombé dans ses conneries. Pourtant durant nos cinq ans de relations, il avait réussit à s'apaiser et disait souvent que c'était grâce à moi. J'étais encore sur le cul de savoir que mon amour était revenu mais, il n'étais pas revenu seul que je ne savais même pas ce que je devais répondre au médecin.

J'étais tranquillement en train de faire la sieste lorsque j'entendis la porte claquait. Aussitôt, ça me réveilla en sursaut. C'était mon grand frère qui comme à son habitude, prenait mon appartement pour le sien et s'y servait comme si je l'avais invité à le faire. Un mal de crâne m'envahit et m'irradia de douleurs tandis que mon frère se mit à sauter à côté de moi pour s'asseoir sur le canapé. « Tiens cadeau, ça te fera du bien ! » Il me tendis une bouteille d'eau et pendant que j'avala quelques gouttes, il alluma la télévision et se mis du sport. Il n'arrêtait pas de siffloter, ça avait le don de m'énerver et il le savait très bien. Je l'adorais mon frère, j'étais tellement proche de lui. Sauf quand il voulait jouer le pseudo grand frère protecteur en m'interdisant de faire telle chose ou telle chose. Et je le connaissais tellement bien que je savais que sa visite n'était pas juste pour venir me dire bonjour. « Vas-y, dis moi tu veux quoi sale gosse ? » Il pris l'air étonné mais, au vu de mon regard, il compris de suite qu'il ne pouvait pas me mentir à moi. « Ça te dit pas une petite nuit chez papa ce soir ? comme avant, dans ta chambre comme quand t'étais une gamine encore. » Il n'osait même pas me regarder alors que j'avais très bien compris où il voulait en venir. Mon frère n'était pas prêt ni de grandir, ni de se poser, c'était incroyable. « Dis-moi pas que tu as encore promis une soirée de folie à une fille que tu viens juste de rencontrer dans un bel appart, dans mon bel appart en l'occurrence. » Au vu de sa tête de chien battu qu'il faisait, cela confirma ce que je pensais. Mon appartement, c'était soit son lieu pour lui crécher quand il ne savait pas où aller ou soit le lieu où il ramenait ses copines d'une soirée. Il avait sa chambre d'amis, qui était d'ailleurs même sa chambre tout court et lorsqu'il était avec une fille, il me virait de chez moi. Je lui souris et acquiesça pour lui laisser mon appartement ce soir. Une soirée avec mon papa ne pouvait pas me faire de mal.


Dernière édition par Vaïana Warhol le Ven 13 Jan - 2:21, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 98

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 19:55

la jolie selena I love you je te réserve la belle pour cing jours
j'ai hâte d'en savoir plus sur cette demoiselle au nom exotique
bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche I love you

_________________
head in the dust ♒︎ The only definition of you that matters is how you choose to define yourself. Anyone else’s definition is a pale imitation of the truth. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 182

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 20:08

bienvenue ici, bon courage pour ta fiche. j'ai hâte d'en savoir plus, ça m'intrigue un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

stillness of the mind.
avatar

Messages : 239

[sun is rising]
In my pockets : crystal ball. (as if)
Friendships:
Availability: français (★★★)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 20:09

sympa comme tout ce titre
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i'm only a fool for you
avatar

Messages : 325

[sun is rising]
In my pockets : a pack of cigarettes and a crumpled parking ticket.
Friendships:
Availability: fr. (ryder, toby) (open ◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 20:24

le prénom bienvenue parmi nous, hâte de découvrir ton personnage

_________________

girls like her were born in a storm. they have lightning in their souls. thunder in their hearts. and chaos in their bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 526

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 21:16

bienvenue, selena est parfaite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

the diem ain't gonna carpe itself.
avatar

Messages : 347

[sun is rising]
In my pockets : car keys, a zippo lighter, his spa badge, a paperback.
Friendships:
Availability: fr/en, (♟♟♟♟)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Mer 11 Jan - 23:50

haha, le champ de profil m'a bien fait rire
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 12

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Jeu 12 Jan - 0:06

    Merci beaucoup à tous, j'adore votre accueil I love you je recherche fortement des liens, si vous avec besoin de quelque chose, n'hésitez pas. D'ailleurs, je vous parle de Vaïana dans un très court résumé : née dans une famille sans problème apparent, avec plein d'enfants (je pensais à 5 ou 6), les parents s'aimaient beaucoup encore gamine, elle voit sa maman s'en allait à cause d'un cancer. Adolescente, elle rencontre l'amour de sa vie, qui lui fait une demande alors qu'elle a entre 18 et 20 ans. Elle refuse, malgré elle, car elle apprend quelques semaines avant qu'elle aussi a un cancer des poumons. Elle ne veut pas faire de lui un veuf, comme son père. Histoire interrompue, il s'en va. Vaïana se lance dans les traitements, la chimio mais rien ne fait, jusqu'à une greffe des poumons, qui lui sauve la vie. Elle revoit son amour mais, elle le découvre marié et papa (ou futur papa). Elle n'a plus de coeur, plus rien mais, Vaïana montre aux yeux du monde que tout va bien, qu'elle est heureuse, heureuse de vivre et totalement folle. Un caractère adorable et admirable, en public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Jeu 12 Jan - 5:05

elle est tellement jolie
bienvenue parmi nous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

– we make the perfect storm.
avatar

Messages : 1054

[sun is rising]
In my pockets : red lipstick, chewing gum, lucky charm.
Friendships:
Availability: fr. (tc, dee, léo, lewis/ ☾◐) busy.

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Jeu 12 Jan - 8:49

Le titre
Bienvenue jolie demoiselle.

_________________
- A melody so perfect that it gets me through the day. And the thought of us forever is one that won't ever go away. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 70

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Jeu 12 Jan - 16:04

Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 12

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (◊◊◊)

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Ven 13 Jan - 2:28

    merci beaucoup à vous, vous êtes adorables I love you j'espère que je suis à la hauteur de vos attentes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

– we make the perfect storm.
avatar

Messages : 1054

[sun is rising]
In my pockets : red lipstick, chewing gum, lucky charm.
Friendships:
Availability: fr. (tc, dee, léo, lewis/ ☾◐) busy.

MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   Ven 13 Jan - 8:21

Validée, jolie petite beauté exotique.

_________________
- A melody so perfect that it gets me through the day. And the thought of us forever is one that won't ever go away. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ranges ton zizi, t'as pas l'permis (vaïana)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de zizi : le phimosis
» zizi
» PERMIS INTERNATIONALE
» nouveau permis de conduire biometrique
» Suspension volontaire du permis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter two/ shadow of love :: now we're rollin' down sour :: fire's gonna burn-
Sauter vers: