AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fire in the rain (juliet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 13:42


- Juliet Rosenwald -
trente ans - haut-placée dans une compagnie de biscuits - indian legend
date, lieu de naissance: T'as toujours bougé. Tu peux pas dire que t'es une fille d'un endroit. T'es une fille du monde. Parce que t'as voyagé. Travail. Etudes. Boulot. Vacances. Mais t'es bien née à un seul et même endroit. Evidemment. C'était un certain quatre juillet. Il faisait chaud aujourd'hui. La mer était calme et turquoise. Une belle journée en fait. Alors t'es née à l'hopital de new-york. Parce qu'au fond cette ville est restée ta ville. Même après trente ans. nationalité, origines: C'est simple avec toi. Ton père était américain. Ta mère tout autant. Alors toi aussi tu l'es. Américaine. Même si faut dire que t'es plus une enfant du monde que d'un seul pays. Mais ça te va toi. Parce que l’Amérique, tu l'aimes. T'es pas née un quatre juillet pour rien en fait. On t'a dit aussi que t'avais un peu de sang anglais. Lointain mais bien présent. Sans doute. Ça change trop rien à ta vie en fait. statut civil, orientation sexuelle:  T'as jamais trop pensé à ça toi. Fille, gars. Ça t'importe peu. T'es toujours tombée amoureuse de celui qu'il fallait pas. Alors ça t'a fait une belle jambe. Vraiment. De toute façon, tu t'en fiches à présent. T'y penses même plus aux hommes. C'est fini pour toi. T'as rayé l'amour de la carte. T'as besoin de personne. Ton coeur a déjà bien trop souffert. Fichu sentiment. Tu cicatrises encore à peine. C'est un idiot. Tu le détestes autant que tu voudrais qu'il t'aime. Il a fauté. Tu lui en veux tellement. Mais tu lâches pas le morceau. T'es fière. Sans doute trop. Mais c'est plus fort que toi. Tu peux pas le laisser ainsi. T'as raison. Tu le sais. Alors tu le lâcheras pas. Oh que non. Pourtant au fond t'as juste besoin de lui. Il te manque. Tu le nies. Mais c'est un fait. Vous êtes bien trop butés tous les deux. Alors t'as quelques histoires. Sans lendemain. Juste pour lui montrer que tu peux vivre sans lui. Ça marche. Il est furieux. Mais ça te rend vide. T'es une coquille vide. T'essayes de te contenter de ça. Mais ça commence à être difficile. Tu tiens bon. T'as toujours tenu bon. Sans doute ton plus gros défaut. Parce que si tu lâcherais prise, il serait là. Tu le sais au fond de toi. Mais t'as pas envie d'être celle qui baisse les bras la première. C'est sa faute après tout. job, statut financier: t'es dans la haute toi. une grande dame comme on dit. pourtant t'es une femme dans un monde de machos. un monde de requin. tu tiens la barre. mais tu sens que tu flanches. doucement. mais surement. ton poste, il va pas tenir longtemps. une femme ça dirige pas une entreprise. ça ne la co-dirige même pas. ça n'a pas les capacités. c'est bancal. ils te le font comprendre assez chaque jour. mais t'es une battante toi. t'es une acharnée du travail. alors tu vas leur montrer qu'ils ont tord. tu te perds dans ton travail. c'est mieux que de penser à autre chose. situation familiale: t'as bien vite pas été la seule. tes parents voulaient une grande famille. vous n'avez été que deux. ta soeur et toi. toi, ça t'allait. après tout, t'as toujours adoré ta soeur. vous étiez inséparables enfants. vous pouviez conquérir le monde. quand on te voyait, ta soeur était surement dans les parages. et inversement. vous en avez fait voir à vos parents. mais dans le bon sens. la famille parfaite en somme. aimante. aisée. tu pouvais pas espérer mieux. pourtant ces dernières années, tu t'es éloignée. de ta soeur. de tes parents. et pas que géographiquement. ta soeur a fait sa vie en californie. une belle vie avec mari et enfants. toi t'as juste ton boulot. tu t'enfonces dedans. t'évites ses appels. tu ignores ceux de tes parents. tu t'éloignes. géographiquement. mentalement aussi. peut-être l'envie d'indépendance. ils te manquent. mais tu vides ton coeur. c'est peut-être mieux. et t'as pas à te plaindre. ton compte en banque il est refait. t'es bien lotie comme on dit. ton travail, il paye bien. t'as plus une minute à toi mais t'as de l'argent. c'est déjà ça. tu sais pas tellement si ça vaut vraiment le coup. mais t'as plus le temps pour réfléchir. traits de caractère: Impulsive parfois, cash, paumée, introvertie, douce, fragile, maladroite, souriante, drôle, imaginative. T'es une femme de caractère toi. Tu te laisses pas faire toi. T'as le sang chaud. Tu supportes pas qu'on te rabaisse, qu'on ose te dire quelque chose. Alors tu pars souvent au quart de tour. Parce que t'es un peu susceptible. Faut bien que tu te l'avoues. T'es une femme fière. Extrêmement féministe sur les bords. T'es une femme moderne qui s'assume totalement dans son travail. Quitte à te couper du monde. Pourtant, quand on cherche bien, on voit encore une petite fille effrayée. Ayant peur de la vie. De la vraie vie. Parce que t'as déjà souffert. Tu protèges ton coeur derrière ta carapace de grosse dure de pacotille. C'est sans doute mieux pour toi. Pas réellement pour les autres. Mais si on cherche bien, avec beaucoup de courage, on peut trouver une fille adorable. Même drôle. Faut juste creuser un petit peu en évitant les coups. Un peu compliqué. Personne ne s'y est encore osé. Alors tu trimbales ton autre toi comme un boulet à ta cheville. Mais ça te rassure dans un sens. Jouer un rôle t'évite de jouer ton propre rôle. C'est plus simple. avatar, crédits: jenna coleman.
- it's these expressions you never give -
t'es une surdouée. vraiment. on a décelé ça alors que t'avais à peine dix ans. t'as vite sauté une classe. ça ne t'a jamais réellement affecté. même si tu préfères ne pas l'évoquer. parce que t'aimes pas être différent. être plus jeune que les autres, c'est être différent pour toi. alors t'as fini par ne plus le dire. mais c'est en aucun cas à cause des brimades ou autres. non t'as toujours été bien acceptée. c'est peut être ton sourire qui sait ? ☆ ta famille est une famille aimante. il n'y a pas à dire. t'as grandi d'amour. tu t'es toujours sentie comme une privilégiée. parce que tout le monde n'est pas aimé comme tu l'as été. c'est clair. ☆ t'as toujours été inséparable avec ta soeur. mais vous vous êtes séparés. la vie sans doute. tu ne sais pas tellement comment ça s'est trop fait. c'est juste... arrivé. faut dire que tu l'évites aussi un peu. tu dis que tu rappelleras plus tard. que t'as pas le temps. que tu prendras le message. mais tu rappelles jamais. sans doute parce que t'as plus trop rien à lui raconter. sa vie semble si parfaite. ça te fait presque mal en fait. ☆ t'as fait de belles études. ça on peut dire. t'étais même major de ta promo. mais t'as été au chômage. ouais. les belles études c'est bien beau. mais ça promet pas ton avenir. tu l'as appris sur le tas. parce qu'on prévaut tellement les longues études qu'on prévient pas de la potentielle casse. ça t'a un peu démoralisé. mais tu t'es vite reprise. t'as remué ciel et terre. et t'as trouvé ta place actuelle. en arizona. c'est pas si mal que ça. ☆ t'as failli te retrouver à la rue. parce que t'as trouvé ton travail dans la précipitation. alors il fallait faire vite. déménager. où tu savais pas trop. alors t'as fini par faire les petites annonces. t'as lu l'annonce d'une certaine mara. ça a tout de suite fait tilt dans ta tête. et apparemment, elle aussi. alors vous avez emménagé ensemble. ça se passe bien. très bien même. elle est devenue plus qu'une amie avec toi. une sorte de confidente. ☆ ça a toujours été compliqué avec ton voisin d'immeuble. au début vous vous calculiez pas. vous êtiez que deux étrangers dans une rencontre d’ascenseur. vous vous détestiez même un peu. tu le prenais pour un libertin un peu trop vantard. toi il te prenait pour une pince-sans-rire addict à son téléphone et à son portable. il avait pas tord. enfin tout changea une nuit. t'avais oublié tes clefs. mara n'était pas là. alors t'as du sonner chez lui. avec une puppyface sans doute. il a rien dit. vous avez passé la nuit à parler. de tout, de rien. surtout de rien. vous vous êtes découverts dans un sens. et puis vous êtes revenus dans vos respectives. enfin pas tout à fait. puisque vous avez fini par sortir ensemble. parce que vous avez ouvert votre monde respectif à l'autre. t'as un peu laché ton travail. lui s'est posé. un peu. alors vous étiez heureux. vous aviez qu'à traverser le palier. ☆ vous êtes disputés à cause d'une broutille. un collègue trop proche de toi apparemment. il était jaloux. t'as pas compris. alors vous êtes disputés. et pis t'as appris que durant votre "break", toi t'y crois pas, qu'il a couché avec une autre. sur une photocopieuse en plus. ça t'a mise dans une colère noire. depuis aucun de vous deux ne veut lâcher le morceau. lui ne se pense pas dans l'erreur puisque vous étiez en "pause" et toi parce que tu te sens trahie. bref, vous êtes deux têtes de mule. vous lâchez pas le morceau. ça désespère même presque mara, ta colocataire. les piques vous les lancez assez fortement. entre les filles qu'il te ramène pour te narguer et toi les mecs d'un soir ça y va entre vous. tu t'es replongée dans ton boulot aussi. t'as pas le temps pour ces enfantillages. mais tu le fais quand même. il te met hors de toi. ☆ pourtant au fond, tu l'aimes encore. t'as réellement besoin de lui. tu le sens au fond de toi. mais c'est plus fort que toi. t'es trop fière comme fille. et puis il t'a trompée. alors quoi ? il veut une médaille. t'es pas une fille facile toi. alors tu vas surement pas lacher l'affaire comme ça. oh que non. même si tu l'aimes. même si t'as encore besoin de lui. foutu fierté. ☆ dans tes moments de déprime totale, t'aimes te faire des soirées crèmes glacées et films à l'eau de roses. oui tu pourrais passer des journées entières devant à t'empiffrer. au moins te plonger dans autre chose te fait oublier. et c'est vrai ce qu'on dit la crème glacée adoucit tout. surtout celle au chocolat. ☆ tu t'es replongée dans ton travail. t'es encore plus acharnée qu'avant. sans doute la rage. faut dire que c'est un monde requin dans celui où t'es. les femmes sont souvent décriées, diffamées presque. alors tu te laisses pas faire. t'as la rage en toi. ☆ le sport ça t'aide beaucoup aussi. t'as besoin d'extérioriser. le sport est un bon exemple. il est pas rare de te voir le dimanche matin de bonne heure pour faire un petit tour de quartier. ça te défoule tellement. la liberté.
pseudo, prénom: chandelier, marie. âge, pays: dix-neuf ans. personnage: inventé et pré-lien, c'est compliqué. dédicace:    


Dernière édition par Juliet Rosenwald le Lun 19 Déc - 14:30, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 13:42

- keep me searching for a heart of gold -
Beauty is not long hair, skinny legs, tanned skin or perfect teeth. Believe me. Beauty is the face of who cried and now smiles, beauty is the scar on your knee since you fell when you were a kid, beauty is the circles when love doesn’t let you sleep, beauty is the expression on the face when the alarm rings in the morning, it’s the melted makeup when you have a shower, it’s the laughter when you make a joke you’re the only one who can understand, beauty is meeting his gaze and stopping understanding, beauty is your gaze when you see him, it’s when you cry for all you paranoias, beauty is the lines marked by time. Beauty is what we feel in the inside which also shows outside us. Beauty is the marks the life leaves on us, all the kicks and the caresses the memories leave us. Beauty is letting yourself live.
☆ ☆ ☆ ☆
- Lost on you -
march 2016

t'es exténuée. ça fait longtemps que tu t'es pas sentie autant fatiguée. le boulot. toujours le boulot. tu vis que pour ça presque. tu soupires en cherchant dans ton sac tes clefs. t'as qu'une envie : t'endormir bien emmitouflée dans ton lit. tu rêves de dormir. seulement voilà. tu cherches tes clefs. tu les trouves pas. tu t'énerverais presque toute seule. « oh come on, juliet. » tu t'encourages. tu te parles à toi même. c'est tout ce qu'il te reste de toute façon. bon. évidemment. t'as du les oublier ce matin en partant. génial. ça te fait une belle jambe. alors tu sonnes. ta colocataire mara doit être là. il est un peu tard. à peine vingt-trois heures. mais on sait jamais. tu sonnes à nouveau. tu toques. rien. nada. t'es seule devant ta porte. c'est là que ça te revient. mara. elle avait une soirée. au journal si tes souvenirs sont bons. génial. elle ne devrait pas être rentrée avant... tu ne savais pas quelle heure. t'as plus qu'à faire la sans abris devant ta porte. tu t'es toujours demandée si le paillasson était confortable. tu pourras tester. tu soupires. t'es vraiment idiote. des choses comme ça, ça n'arrive qu'à toi. tu te retournes. tu regardes le palier. l'immeuble est bien vide à cette heure-là. c'est presque effrayant. t'as pas peur toute seule. t'as trente ans après tout. mais t'as toujours été des petites filles ayant peur du noir et des monstres sous le lit. alors ça te revient un peu. c'est ridicule. t'es ridicule. on devrait te décerner la médaille de l'idiotie. tu seras la déesse tiens. la master de la catégorie. tu soupires. c'est là que t'as une idée. t'es tellement au fond du trou que t'as pas vraiment le choix. solution de la désespérée dans un sens. alors tu finis par te diriger vers l'extrémité du couloir. autant jouer ta dernière carte hein. alors tu finis par toquer. une fois. puis deux fois. pas de réponse. génial. même lui dort comme les poules. ton voisin. tu l'as jamais porté dans ton coeur celui-là. toujours trop... nonchalant. un idiot sans doute. tu voyais bien ses regards trop désintéressés. rien de bien intéressant. tu devais bien l'avouer. alors t'as fini par le détester. c'est plus facile qu'autre chose. pourtant t'as pas le choix là. tu vas pas passer la nuit le palier quand même. enfin faudrait déjà qu'il réponde. rien. alors tu finis par te retourner vers chez toi. tu te prépares déjà mentalement à dormir sur le plancher. tu te laisses glisser contre le mur. quand t'entends un bruit derrière toi. l'ascenseur. c'est lui. ton voisin. il t'accorde à peine un regard. toi aussi. tu l'observes entrer dans son appartement. sauf qu'il finit par se retourner vers toi. « the doormat is not comfortable for sleeping. » première fois qu'il t'adresse la parole. pas de sourire moqueur. juste une phrase lancée comme ça. tu ravales ta fierté toi. parce que de toute façon t'as pas réellement le choix. « i forgot my key, and mara isn't here. » tu joues cartes sur table. il est peut être pas si stupide que ça après tout. tu sais pas si c'est la dépression qui te guette. mais tu le trouverais presque sympathique là. ça change de ses regards parfois trop supérieurs de d'habitude. si seulement tu savais ce qu'il pensait de toi. « oh. just think she chucked you out. » évidemment. mais c'est pas moqueur. enfin son sourire est là. mais il semble sincère. c'est bien la première fois tiens. tu soupires toi.  « aha funny. really. » tu ris à moitié. jaune presque. mais t'ajoutes rien. tu finis par détourner ton regard. ça sert à rien avec lui de toute façon. et pis c'est pas si mal le parquet. quand t'étais petite, c'est souvent que tu t'endormais sur le parquet en jouant. ouais t'étais une vraie marmotte petite. t'as surement du dormir pour toute une vie.« come on, come in. » il dit juste. tu fais les gros yeux.  « i won't let you sleep on the floor. I would not have that on my conscience. what would the neighbors think of seeing a pretty girl on my landing ? » il plaisante. toi tu ne dis rien. au premier abord. tu finis par simplement esquisser un petit sourire. léger mais sincère. alors tu finis par te lever et le suivre dans son appartement. vous allez parler toute la nuit. oh que oui. des longues heures qui te paraîtront rien. tu sais pas que c'est le début d'une histoire. d'une histoire de plusieurs mois. elle sera belle. presque digne des films hollywoodiens. tu penseras moins à ton boulot. rien qu'à lui. tu découvriras une personne bien moins prétentieuse. il refera aussi son jugement lui aussi. parce que vous mettiez des préjugés sur le dos pour rien. sur une impression de rien du tout. mais ça sera oublié tout ça. vite. très vite.

☆ ☆ ☆ ☆
- Don't wanna know -
october 2016

« i'm gonna kill him. i'm gonna finish him like a cheesecake ! » tu supportes plus rien. t'es en rage totale. tu claques la porte de ton appartement. tu prends même pas le temps de sonner chez lui. tu t'en fiches. t'es bien trop en colère pour avoir une pensée cohérente. de toute façon pourquoi tu sonnerais hein ? c'est toujours ouvert chez lui. c'est comme dans un moulin. alors tu débarques dans son appartement. il s'attendait pas à te voir apparemment. il est assis sur le canapé. toi t'arrives en trombe comme une fusée. tu ne mesures pas tes mots tellement t'es furieuse. « are you kidding me ? who's that girl ? who's that fuckin' girl ? » t'es vulgaire. on te retient plus. vaut mieux pas se frotter à toi. parce que tu piques tellement fort. ton visage est presque rouge. si tu te retenais pas, il serait déjà en pièce. « what ? what are you talkin' about ? i don't understand ! » il se lève. il joue l’innocent. bah bien sûr. il manquait plus que ça. « oh come on, don't do that with me. you know about what i'm talking about. that girl. » tu lui balances son portable à la figure. celui-là même qu'il avait oublié le jour d'avant dans ton appartement. alors que vous prépariez les décorations d'halloween. tu peux pas le croire. il se la joue innocent. ça te met encore plus en rogne. tu détestes les gens qui nient. limite s'il aurait avoué tout de suite t'aurais pu t'adoucir. mais là c'est pas le cas. ça alimente encore plus ta rage. il déverrouille son portable. voit le message qui est affiché. « oh. » my god. son expression. juste de la surprise mélée à une pensée. non en fait. tu veux pas savoir ce qu'il est en train de penser. ça te dégoute. littéralement. « yes. oh. » tu croises les bras. t'as fini avec tes grands gestes. « it was really nice on the photocopier. you do not want us to put it off again ? i want you again... » tu cites le message. tu peux pas aller plus loin. parce que c'est déjà trop dans ta bouche. c'est dégoûtant. bah. tu le pensais pas comme ça. il t'a trompé. délibérément. ça semble même pas le toucher en fait. et c'est ça qui te fout le plus en rogne. il ne réagit même pas. alors quoi ? « i can't believe it. you cheat on me ! and on a photocopier. it's so...argh ! » t'as même plus de mots. tu lèves les bras. tu fais des grands gestes. t'es toujours comme ça. dans la démesure. dans l'extravagance. c'est tout toi ça. t'en fais trop. mais c'est plus fort que toi. c'est ton coeur qui parle là. et il étouffe ce coeur. de rage. de peine aussi. parce que tu sais qu'après la colère tu t'effondreras. mais pas tout de suite. t'es trop remontée pour ça. mais ça va venir. tu le sens. « juliet, it isn't true. i don't cheat on you. we are in a break. you broke up with me remember ? we were on a break ! » il n'osait quand même pas. c'était petit. il tapait dans le bas. tu n'avais jamais rompu avec lui. c'était lui qui avait tout mis sur le tas. comme si un collègue de travail était plus que ça. c'était juste un ami pour toi. et encore. il se montait la tête. alors ça t'avait énervé. vous vous êtes disputés. t'as prononcé un truc du genre. mais tu le pensais. c'était la colère. et encore. « are you kidding me ? don't use this against me. it's because of you. you and your misplaced jealousy ! and even, if we were on a break it doesn't give you the right to cheat on me ! you should never have done that ! » tu hurles. t'es trop en colère pour dire ça posément. parce que pour toi vous aviez jamais réellement rompu. c'était il y a seulement deux semaines. tu l'aimais encore toi. oh que oui. mais il était déjà passé à autre chose. tout ça voulait dire qu'il n'y aurait plus rien entre vous à l'avenir. et ça te tuait d'envisager ça. « we were on a break ! » lui aussi hurle à présent. tout l'immeuble doit vous entendre. tu t'en fiches. mais genre royalement. que le monde entier vous entende tiens. au moins ils auront des ragots à raconter. tu vois déjà les deux petites vieilles commères du deuxième étages se racontaient la scène autour d'un thé. mais tu t'en fiches. vraiment. tu préfères ne pas en entendre plus. tu repars d'où tu viens. mais avant de claquer la porte de son appartement, tu hurles encore une fois. « i hope karma slaps you in the face before i do » tu dis. c'est nul. mais fallait que ça sorte. vraiment. pis tu finis par rentrer dans ton propre appartement. tu claques la porte encore. mara a du au moins sursauté trois fois la pauvre. tu t'enfonces dans la crème glacée. c'est tout ce qu'il te reste après tout.

☆ ☆ ☆ ☆
- I hate u, I love u -
december 2016

tu remontes enfin les escaliers menant à ton appartement. faudrait vraiment qu'il répare ce foutu ascenseur. tu pousses alors la dernière porte qui débouche sur le couloir commun. sauf que. oh. t'as failli te payer une blonde platine. t'es surprise. tu bredouilles un certain « sorry. » tu fais pas tellement attention. enfin presque sauf quand tu le découvres sur le palier. okay. t'as compris. encore une qui a défilé dans son lit. tu roules des yeux. t'as envie de l'ignorer. c'est la meilleure solution. mais tu peux pas t'empêcher d'envoyer un certain. « another platinum blond birdbrain. » tu fouilles un peu dans ton sac. tes clefs. tu cherches toujours tes clefs. tu devrais presque penser à trouver un système pour ne plus jamais les chercher. t'as comme une sensation de déjà-vu. une sensation que t'aimes pas. t'ignores. pas lui. « what. are you jealous ? » tu ris. tellement faussement. presque un rire nerveux en fait. il est drôle lui tiens. « me ? i'm never jealous of that. my parents taught me to give my used toys to the less fortunate. » tu railles. parce qu'il ne reste plus que ça entre vous. juste des piques bien placés. ça fait deux mois que ça dure. c'est presque insoutenable. vous vous rendez jaloux mutuellement. au fond tu sais que c'est pour te rendre jalouse. ça marche. très bien même. mais tu serais trop fière pour l'avouer. parce qu'après tout, c'est pas à toi d'aller le voir à nouveau. t'es pas en tord. pour une fois. « good. » il semble content de lui. t'as envie de lui arracher son sourire. « say hello for me to your henry when it comes to pick up again his balls in your flat » dégoûtant. tu roules des yeux. t'as pas le temps de répondre qu'il rentre dans son appartement. ce qu'il t'énerve. tellement. tu finis par rentrer. à peine la porte fermée que tu laches ton sac et ton manteau. comme une petite fille tu t'énerves sur place. t'as besoin de te défouler. tu finis par soupirer. ça va mieux. tu rouvres les yeux. « oh mara. you're here. » tu pensais qu'elle travaillait encore. bon. le ridicule ne tue pas non ? et depuis le temps elle doit surement en avoir vu des choses sur toi, alors ça ne devrait même pas l'étonner. elle mange de la crème glacée au chocolat. c'est un peu trop votre leitmotiv en ce moment. presque pathétique. « you pass him, right ? » ton visage en dit long. tu finis par te laisser tomber sur le canapé à ses côtés. « he gets me mad all the time ! and there was another blond who exited his flat. you know the kind of girl who poses for a magazine. the kind of girl who are so perfect I would stuggle her. » tu soupires. il finira par avoir ta peau. c'est clair. « you still love him, right ? » tu la regardes. tu fais les yeux. « oh come on, juliet. don't act like that with me. » tu fais une petite moue et tu finis par croiser les bras. l'aimes-tu toujours ? tu t'étais jamais réellement posé la question avant. t'y avais jamais pensé. parce que t'étais tellement en colère que t'as pas eu le temps d'y réfléchir. l'aimes-tu encore ? elle tourne en boucle cette question. tu finis par soupirer. « i don't know, mara. i don't know. » ton regard rejoint le plafond. il semble assez intéressant ce soir. « don't you think you should lay one's arms to talk about it together ? » tu secoues doucement la tête. t'es catégorique. ce n'est pas toi qui céderais. oh que non. foutu fierté tiens. « it's not my fault. » tu l'entends soupirer. apparemment même mara tu la désespères. elle finit par se lever. tu la regardes. elle dit simplement quelques paroles. « you know, you battle with him like two children. be adults for once. otherwise you'll never get anywhere. » elle avait pas tort. tu voulais pas tellement l'admettre. mais elle avait raison. et pis t'avais besoin de lui au fond. vraiment. tu pouvais pas t'empêcher. t'avais jamais voulu mettre un terme à votre histoire. oh que non. c'était lui à chaque fois. la jalousie pour un collègue qui n'aurait pas du être. la tromperie durant un "break" que tu reconnaissais pas. c'était tout lui à chaque fois. toi t'avais jamais rien demandé à chaque fois. mais t'es bien trop fière pour aller à nouveau le voir. c'est pas à toi. t'es vraiment butée comme fille. ça va surement te perdre un jour. oh que oui. tu fais avec pour le moment. pourtant ton coeur hurle. mais tu l'ignores. c'est plus facile pour le moment. pour le moment seulement.


Dernière édition par Juliet Rosenwald le Lun 19 Déc - 14:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 396

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: fr/en - oliver, leo, tc

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 13:45

bon courage pour cette nouvelle fiche
n'hésite pas à me mp si tu souhaites discuter lien I love you I love you

_________________
We rise and we fall and we break and we make our mistakes. and if there's a reason I'm still alive when everyone who loves me has died, I'm willing to wait for it.
clover style:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:15

rebienvenue parmi nous
me tarde de découvrir plus en détail ce nouveau personnage
Revenir en haut Aller en bas

i'm only a fool for you
avatar

Messages : 325

[sun is rising]
In my pockets : a pack of cigarettes and a crumpled parking ticket.
Friendships:
Availability: fr. (ryder, toby) (open ◊)

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:19

re-bienvenue parmi nous, du coup I love you

_________________

girls like her were born in a storm. they have lightning in their souls. thunder in their hearts. and chaos in their bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:37

Ava, merci à toi et justement, je voulais t'envoyer un mp pour ça.

Mara, moooh t'es mignonne. j'espère que la mise en forme te plaira.

Leonie, merci à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:38

bienvenue et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas

– we make the perfect storm.
avatar

Messages : 1058

[sun is rising]
In my pockets : red lipstick, chewing gum, lucky charm.
Friendships:
Availability: fr. (tc, dee, léo, lewis/ ☾◐) busy.

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:44

re bienvenue par ici, hâte de voir ce que tu nous prépares.

_________________
- A melody so perfect that it gets me through the day. And the thought of us forever is one that won't ever go away. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 182

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français (◊◊◊)

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:48

bon courage pour ta nouvelle fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

in the name of love
avatar

Messages : 363

[sun is rising]
In my pockets : keys, old tickets, lighter, some pennies.
Friendships:
Availability: français/english, (◐/◊◊◊)

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 14:56

Rebienvenue, je suis comme les autres, très curieuse de la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heartsofgold.forumactif.org

stillness of the mind.
avatar

Messages : 239

[sun is rising]
In my pockets : crystal ball. (as if)
Friendships:
Availability: français (★★★)

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 15:09

re-bienvenue, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 114

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (x)

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 15:18

Bon courage pour cette deuxième fiche! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 15:33

Levi, merci à toi.

Iggy, own merci de ton nouvel accueil.

Ryder, merci à toooi.

Grey, aha mystère pour le moment. merci à toi en tout cas.

Grace, merci de ta bienvenue -encore-.

Oliver, aha merci à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 17:27

jenna louise coleman cette fille, c'est ma vie
bienvenue parmi nous en tout cas ! I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 17:28

JLC
Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 18:09

Bienvenue et bon courage pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Mer 14 Déc - 19:16

Bienvenue et bon courage pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 528

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Jeu 15 Déc - 11:36

rebienvenue à toi, j'adore le début de ta fiche, je vais réfléchir intensément (lol) à un lien avec mon dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Jeu 15 Déc - 16:50

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Lun 19 Déc - 14:28

Sonya, merci à toi.

James, aha merci de ton accueil.

Eddy, merciii.

Heidi, merci à toi.

Daisy, mais pas de soucis, ce sera avec plaisir même, et merci encore.

Ezra, merci à toooi.
Revenir en haut Aller en bas

– we make the perfect storm.
avatar

Messages : 1058

[sun is rising]
In my pockets : red lipstick, chewing gum, lucky charm.
Friendships:
Availability: fr. (tc, dee, léo, lewis/ ☾◐) busy.

MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Lun 19 Déc - 15:23

Ta Juliet, elle envoie du pâté.
Je suis fan. Bon jeu parmi nous.

_________________
- A melody so perfect that it gets me through the day. And the thought of us forever is one that won't ever go away. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   Lun 19 Déc - 15:26

Awn merci beaucoup et ravie qu'elle te plaise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: fire in the rain (juliet)   

Revenir en haut Aller en bas
 
fire in the rain (juliet)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HéraultPrivé de logement, le jeune couple montpelliérain attend un bébé dans une voiture
» (M) DANIEL SHARMAN ≈ a song of ice and fire.
» aspen wolstenholme + blow a kiss, fire a gun.
» Solis ☼ I'm on fire ✔ fiche terminée
» broomsticks and fire ❉ e. painswick

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter three/ after the rainbow :: version une-
Sauter vers: