AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [intrigue 1] panic in the cinema.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

– we make the perfect storm.
avatar

Messages : 1058

[sun is rising]
In my pockets : red lipstick, chewing gum, lucky charm.
Friendships:
Availability: fr. (tc, dee, léo, lewis/ ☾◐) busy.

MessageSujet: [intrigue 1] panic in the cinema.   Lun 12 Déc - 15:54

- panic in the cinema -
Comme bien d'autres habitants un jeudi soir, vous avez décidé d'aller voir le dernier film de Clint Eastwood au cinéma. La salle est petite, y a pas grand monde, mais qu'importe, muni de votre paquet de pop corn XXL, vous êtes près à affronter tous les vides. Confortablement installés dans votre fauteuil, le film commence, réduisant la salle au silence. Puis, quinze minutes après le début, la salle se plonge dans le noir. Pensant à une petite panne technique, vous attendez, quelques minutes, puis des protestations commencent à s'élever. Une personne se lève pour aller ouvrir la porte, qui reste close, et fermée à double tour. C'est à croire que quelqu'un veut vous jouer un mauvais tour.

(daisy donovan, chuck campbell, lila donovan, monroe arlen, lando vinson, claire ferguson)

[Veillez à suivre l'ordre de passage ci-dessus, bien que si quelqu'un met plus de deux jours à répondre, il vous est possible de passer son tour.]

_________________
- A melody so perfect that it gets me through the day. And the thought of us forever is one that won't ever go away. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 528

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Mar 13 Déc - 18:39

Le karma, quel putain de crétin. C'est la première pensée à traverser l'esprit de Daisy lorsque les lumières s'éteignent brutalement, de concert avec leur film. Elle est là, à tenter le diable, à essayer de créer un lien qui n'existe pas avec sa prodige de soeur tout juste rentrée au bercail et voilà comment on la remercie : en ruinant tous ses projets. Elle soupire pour la forme, consciente que son agacement se réduira comme peau de chagrin pour mourir d'ici quelques minutes, car elle ne sait pas l'entretenir, et sent le regard pénétrant de sa soeur juste à côté d'elle. « Non duchesse ce n'est pas ma faute, je sais que mes défauts te sautent à la gorge mais je suis pas responsable de tout ce qui ne tourne pas rond dans cette ville. » Pas encore du moins. Daisy se moque, un rien sarcastique, pour étouffer la mauvaise humeur de sa névrosée de soeur, dépendante à la perfection comme d'autres au chocolat, qui viendra l'engluer comme du pétrole. Le silence de la salle s'estompe derrière les interrogations des uns et des autres et les minutes s'égrènent lentement sans que personne ne daigne ne serait-ce que les prévenir. A dix dollars le film, ce serait peut-être la moindre des choses, non ? Déterminée à se fondre dans un rôle de syndiquée de la joyeuse troupe qui s'élève autour d'elle, Daisy cherche son portable dans son immense sac fourre-tout. Sans succès. L'idée lui écorche la trachée comme du verre pilé mais elle se retourne dans la pénombre pour faire face à ce qu'elle imagine être le visage de Lila. « Prête-moi ton téléphone une minute. » Aucune réaction, si ce n'est le silence royal de Donovan junior. « S'il te plaît. » C'est mieux comme ça ? Le poids du mobile entre ses doigts, Daisy se lève et éclaire faiblement ses pas grâce au flash pour rejoindre l'entrée sans encombre, de ses foulées légères. Fermée.. La porte est close et elle a beau frapper, délicatement d'abord, puis plus fermement, il ne se produit rien. Absolument rien. Daisy n'a pas peur, pas au sens propre du terme, mais elle déteste l'obscurité, il y a quelque chose de primitif dans la pénombre qui met ses sens en éveil et l'oblige à se plonger dans ses entrailles, ce qu'elle déteste plus que tout. Une pointe de nervosité s'installe dans son ventre, graine solidement amarrée, mais elle n'est pas seule et c'est ce qui l'empêche de vriller complet. « Je crois qu'on est enfermés. » concède-t-elle, sans céder à l'angoisse qui lèche déjà sa poitrine. « Est-ce que... elle réfléchit à la va-vite, désireuse de rationaliser une situation qui tend à s'éterniser. C'est l'anniversaire de quelqu'un aujourd'hui ? Un enterrement de vie de garçon, peut-être ? Non, personne ne se marie prochainement ? Ou... serait pote avec le personnel de ce cinéma ou... » Pause. Aveu d'impuissance. « Non, rien. Je n'ai pas d'autres idées brillantes. » ironise Daisy tout en desserrant sa prise autour de la poignée, ses doigts fins mués en serres. Précautionneusement, elle évolue dans la pénombre jusqu'à rejoindre le confort tout relatif de son siège et surtout la présence pour la première fois amie de Lila. Dans ce contexte, elle est soulagée de l'avoir à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Mar 13 Déc - 19:43

Tu voulais sortir ce soir, tu ne voulais pas rester dans ta colocation, tu avais même demandé à Lando si une soirée était organisée chez lui, mais rien, rien de rien. Tu soupirais, tu n'aimais pas t'ennuyer, tu étais une fille qui aimait bouger. Ton portable sonna pour te dire qu'il y avait ton film fétiche au cinéma, tu sursautas et te préparas rapidement, tu adorais ce film et enfin, il ressortait sur écran. Tu enfilas ta robe et ta veste pour ne pas avoir froid. Tu arrivas rapidement devant le cinéma et au vu de la file, tu compris que tu allais devoir attendre avant de rentrer dans cette salle obscure. Une cigarette aux lèvres, tu fis la queue comme tout le monde, comme des moutons. Tu pris rapidement ton billet, ton pop-corn et rentras dans la salle obscure pour te mettre vers le fond, tu n'aimais pas être devant et encore moins collée à l'écran. Tu retiras ta veste, et t'installas confortablement regardant ton téléphone portable pour envoyer un message à Lando le traitant gentiment de con de pas faire une soirée, tu l'aimais ce type et il savait que de ta part, c'était gentil. Le film commençait enfin, tu n'en pouvais plus d'attendre. Tu étais dedans quand la lumière s'éteignit, ok il fallait que tu restes calme. Tu essayas d'attraper la main de la personne à côté de toi "Désolé, mais j'ai peur". Oui, tu n'aimais pas être dans le noir, tu étais claustrophobe. Tu ne lâchais pas la main, elle était rassurante sans vraiment savoir à qui elle était "Bon il faut rester calme, cela doit être une mauvaise blague". Tu voulais juste te rassurer, juste te dire que tu ne craignais rien, maudit films d'horreur
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 68

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (daisy, free, free)

MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Mar 13 Déc - 22:02


    Les lumières des spots s'éteignent brutalement. Elle est confortablement installée dans son fauteuil, les jambes légèrement étalées sur un objet dont elle n'arrive pas à distinguer la forme -son manteau, son sac à main ?- elle ne sait pas vraiment et elle s'en fiche. Elle se demande toujours comment elle a pu atterrir ici, au cinéma, avec sa sœur, comme si elles avaient une relation tout à fait normal alors que cette dernière était quasiment inexistante, étouffée dans l’œuf, littéralement.  Lila, ne retient pas le soupir qui s’échappe de ses lèvres après cette interruption violente. Elle tourne la tête, machinalement, vers Dee, son regard accusateur transperce l'obscurité. « Ma salive est trop précieuse pour que je la gaspille. » lâche t-elle alors en réponse aux calomnies formulées par sa sœur. Elle détourne son regard d'elle, en vérité, elle ne voit rien mais, tourne la tête de l'autre côté, par principe. Elle n'avait pas eu le temps de blâmer sa sœur qu'elle avait déjà activer son sarcasme d'auto-défense Daisy, injuste du point de vue de Lila, même si la belle brune reconnaissait qu'à chaque fois qu'il se passait quelques choses, Daisy était là. Un signe du destin qui se manifeste pour crier que tous leurs efforts seront voués à l'échec ? Peut-être. Mais, ce n'est pas cette question qui la préoccupe Lila, elle n'aime pas le noir, cette étendue aveuglante où ses démons se baladent en liberté. Elle s'accroche aux petits bruits : sa sœur qui remue le fouillis de son sac, les gens qui commencent à remuer. « 10 secondes. » souffle t-elle, en faisant passer son angoisse pour de l'impatiente, alors qu'elle cède à la demande de sa sœur. Elle plonge la main dans sa poche, saisit son téléphone avant de chercher celle de sa sœur, elle dépose son cellulaire, avec précaution dans la paume de Dee, elle ne voit rien et il ne lui était même pas venue à l'idée de l'allumer à vrai dire. Elle n'a pas vraiment envie qu'elle bouge, Daisy mais, Daisy, elle ne reste pas en place et Lila est contrainte de suivre le faisceau lumineux qui émanait de son téléphone, surveillant sa progression d'une façon, alerte. Elle attire le regard Daisy avec la seule et infime source de lumière. Daisy, c'est comme le prophète à ce moment là. Lila entendant son aîné faire des hypothèses, une façon d’extérioriser son angoisse sans doute, alors qu'elle préfère se murer dans le silence. C'était sans doute un accident technique, c'était un petit cinéma de campagne, ça devait arriver souvent. Elle revient à sa place Daisy, intérieurement, comme un médicament qui fait enfin effet, les peurs de Lila s’apaisent instinctivement. Elle est contente de l'avoir de nouveau à ses côtés, elle n'est plus toute seule, Lila et elle pourrait si besoin se servir de sa sœur comme bouclier humain. Une voix féminine s'élève du silence autre que celle de sa sœur. Il faut rester calme. Ce doit être une mauvaise blague, dit elle. « Une très mauvaise blague...» renchérit-elle d'un ton cinglant, sarcastique. Elle le redevenait, c'était bon signe. Daisy était revenue et depuis son cerveau était comme oxygénée à nouveau, une sensation étrange, inconnue, mais, pour l'heure elle était simplement soulagée et presque contente qu'elle soit là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Mer 14 Déc - 9:05

Malchance, nom féminin : manque de chance. Suite de revers, de mésaventures, de hasards malheureux, de circonstances défavorables qui gênent, dérangent quelqu'un. Ou en d'autres termes : putain de scoumoune, fatalité de merde. Monroe, c'est jamais son jour. Sagement installé au bout de l'avant-dernière rangée, il s'impatiente rapidement. Le noir complet ne lui colle pas les jetons, c'est pas ça le souci. Non, c'est l'attente. Chaque supposition possible se fait entendre dans la salle : panne de courant, mauvaise blague, cataclysme, attaque nucléaire, facture APS (Arizona Public Service) impayée, câble principal de l'alimentation rongé par un rat, etc. Monroe s'empare de son portable, presque par automatisme et fouine à travers les fonctions jusqu'à activer la lampe torche. Il quitte sa place, descend les marches centrales à l'aide de son mobile puis se pose juste derrière l'unique connaissance qu'il a aperçu à l'entrée, Chuck. "Si par hasard tu es sujet à la claustrophobie, j'espère juste que tu as pris tes cachets." dit-il en se penchant vers elle, la lueur de son smartphone éclairant son sourire. "Sinon, comment vas-tu ?" un brin complaisant, il laisse cependant transparaître un je-m'en-foutisme assez exceptionnel. "Je t'ai vu à l'entrée et avec ce qui se passe actuellement, j'en viens à conclure qu'une mauvaise surprise n'arrive jamais seule." il adopte un style provocant, ça fonctionne comme ça entre eux. Ni chichi, ni minauderie. Non, c'est pas le genre de la maison. "Pas vrai ?" si peu inquiet, il tue le temps à sa manière. Si cela persiste, il y a toujours la possibilité de joindre une personne à l'extérieur ou de hurler.
Revenir en haut Aller en bas

— like comets at sunset.
avatar

Messages : 47

[sun is rising]
In my pockets : the sun in a golden cup, the moon in a silver bag.
Friendships:
Availability: (◊◊◊), fr.

MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Jeu 15 Déc - 14:42

Son téléphone vibre entre ses doigts tandis que dans l’autre main, il tient son pack de popcorns, attendant patiemment que Vince termine le paiement des siens. Il jette un coup d’œil à l’écran. « Gros con ». Ses yeux s’écarquillent et il rit, montrant à Vince qui se pointe à côté de lui ce qu’il vient de recevoir. Vince a également un sourire. — Chuck ? Vince, qui fait partie de la coloc, connaît bien Chuck, et la connaît même intimement puisque c’est lui qui est sorti avec elle, le temps d’une nuit. Lando acquiesce, toujours rieur. C’est non pour organiser une soirée au chalet ce jeudi, d’abord parce qu’ils en font une vendredi soir, ensuite parce que Jeza avait besoin d’une nuit au calme avec la petite. Les garçons pouvaient bien lui accorder ça, surtout en semaine. Lando et Vince prennent place au milieu de la salle, ni trop haut, ni trop bas. Sully, Lando voulait le voir depuis longtemps, se souvenant parfaitement du jour où Sully avait effectivement amerri sur l’Hudson, sous les yeux d’une Amérique éberluée. Les lumières s’éteignent et le film se lance, pour se stopper en plein crash d’avion. Noir total. Les spectateurs se marrent, le murmure des conversations commence à monter, mais le temps passe et cette panne devient trop longue. Lando voit Vince remuer à ses côtés. — Bon, allez… Dans la presque pénombre, un spectateur se lève et part chercher un technicien. Bonne idée, songe Lando en le suivant du regard. « La porte est fermée ! » Gueule le type à une assemblée soudainement silencieuse. Rapidement, chacun y va de sa propre peur, son interprétation subjective de tout ça, et les téléphones portables s’allument un à un entre les paires de mains. Vince a d’ailleurs déjà allumé la fonction lampe-torche de son iPhone, et pointe la lumière blanche sur sa tronche, rivée vers Lando. — C’est un délire mec. Je filme ça. Aussitôt dit, aussitôt fait, Vince lance la vidéo et parcourt la salle, dont la panique généralisée commence à se faire sentir. Dans un rire, Lando sort son propre téléphone et entreprend de répondre à Chuck. « Le gros con se retrouve coincé dans un cinéma en panne. T’as jeté un sort ou quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Ven 16 Déc - 4:56

Le film capte l'attention de tout le monde, sauf de la blonde trop occupée à marteler l'écran de son téléphone. Elle s'était arrangée comme elle pouvait pour empêcher la lumière de l'écran de se diffuser et gêner les personnes derrière elle, le tout en couvrant maladroitement ses mains de sa veste. Ce qui l'empêchait de voir correctement ce qu'elle écrivait, et encore plus de voir le film. Mais le film, elle s'en moquait bien. Elle était venue pour retrouver un ami qui ne cessait de tout reporter. Aujourd'hui ne manquait pas la règle. Il lui avait posé un lapin, la faisant patienter jusque dans la salle pour finalement lui annoncer qu'il ne reviendrait pas. Claire ne savait pas ce qu'il l'énervait le plus entre le comportement du dit ami, d'avoir payé une place pour rien ou pire, se retrouver bêtement seule au cinéma. Alors qu'elle était occupée à lui exprimer tout ça en des mots qu'elle voulait mesurés mais d'une froideur certaine, elle est subitement plongée dans le noir. A l'exception de son téléphone qui lui éclairait toujours le visage. Pendant un instant elle a peur qu'on lui reproche de déranger tout le monde quand elle comprend que ça n'a rien avoir avec elle mais un souci technique. Elle prit alors le temps de finir son texto quand quelques rangés plus haut ça s'active jusqu'à ce que le verdict tombe : {i]c'était fermé.(/i] Fermé ? Comme coincé ? Bloqué ici ? La blonde avait haussé un sourcil et froncé l'autre, la mine parfaite pour dire qu'elle avait du mal à y croire. Et si encore c'était le cas, un employé du cinéma ne tarderait surement pas à venir. Agacée par tout ça, la jeune femme s'était levée de son siège toujours accompagné par la lumière de son téléphone. Elle monta quelques marches pour venir aux nouvelles quand elle pensa aussi à la porte du bas. Les salles de cinéma étaient toujours équipée de deux portes de sorties. Elle éclaira ses pieds et s'empressa de descendre à hauteur de l'écran géant. Elle eut un bref espoir. Avant que celui-ci ne s'écrase comme son épaule contre la porte qu'elle essayait vainement d'enfoncer. « Eh ! » Elle agita son téléphone pour attirer l'attention à qui donc distinguera sa lumière parmi la dizaine qui illuminait faiblement la salle. « Il y a pas un ou deux gros bras qui peut m'aider par ici ? On peut surement enfoncer la porte. » Qui ne tente rien n' a rien. C'était quelque peu bourrin comme technique mais c'était toujours mieux que d'attendre bras croisé qu'on vienne à eux.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 528

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: yep.

MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Sam 17 Déc - 22:57

Daisy a l'impression d'évoluer dans un film d'horreur dont elle ne connaîtrait pas le script à l'avance. Un vieux de préférence, façon univers hitchcockien où la tension grimpe lentement mais sûrement jusqu'à atteindre le paroxysme de l'angoisse, sans gore, sans effusions de sang qui ne servent à rien. Juste un suspense maîtrisé d'une main de maître et une atmosphère léchée, travaillée dans le moindre détail. C'est ça, qu'ils sont en train de vivre. Parce que d'un point de vue complètement rationnel, il n'y a pas de quoi s'inquiéter, ils sont pourvus d'une armée de téléphones qui luisent faiblement dans la pénombre, de proches qui savent où ils se trouvent, et d'employés du cinéma de l'autre côté de la porte. Il n'y a aucun danger mais l'inquiétude vient du silence, de l'absence de contrôle et d'informations et bien que Daisy se déteste de tomber dans un panneau aussi grossier, elle commence doucement mais sûrement à flipper. Ne pas savoir, c'est ça le pire, surtout pour ceux qui, comme elle, sont pourvus d'un cerveau très créatif. L'un prétend que c'est un délire, l'autre une mauvaise blague et elle acquiesce tant parce que ça fait sens que pour se rassurer. Heureusement, Lila est là, tout près d'elle et Daisy colonise à nouveau l'accoudoir, juste pour sentir son bras frôler le sien. « Tu crois pas qu'il serait judicieux d'éviter d'aboyer sur des gens avec qui tu vas peut-être passer les prochaines heures de ta vie ? » raille Daisy face à l'intonation désagréable de Lila, petite impératrice devant l'éternel. Et c'est bon, de la sentir toujours aussi féroce et mordante malgré la situation. C'est elle, la supposée tête brûlée de la famille mais finalement, dans l'urgence, Dee perd ses moyens : elle a essayé de s'accaparer les habits de leader mais ils sont trop larges, alors elle les laisse à qui voudra. Elle, elle soupire pour la forme et, une fois ses yeux habitués à la pénombre, détaille les tentatives de ses compagnons d'infortune. Elle suit justement du regard la petite blonde qui se dirige vers l'issue de secours, bloquée elle aussi. Elle propose d'enfoncer la porte et Daisy sent l'appréhension dans sa gorge reculer légèrement, chassée par une envie de rire qui grimpe et s'impose. Elle se marre, doucement, en imaginant tous ces gens si normaux agir comme des héros de film et enfoncer des portes d'un coup d'épaule. « Il est pas encore un peu tôt pour songer aux extrêmes ? Peterson est une vraie teigne, il serait capable de nous coller un procès pour dégradation. » souligne Daisy d'une intonation plus légère que ses pensées. Elle est habituée à faire illusion, à jouer la comédie, et elle se raccroche à ça pour faire bonne figure. Rien ne sert de paniquer tant que la situation ne présente pas un danger immédiat n'est-ce pas ? Elle essaye de s'en convaincre et finalement, le propriétaire hargneux fait un danger nettement plus réel que ce qui pourrait ou non se cacher dans les ténèbres d'une salle de cinéma hermétique. Incapable de rester en place, Daisy trépigne comme un lion en cage affolé par ses barreaux et la promiscuité. Elle grimpe à genoux sur son siège et étire sa nuque gracile jusqu'à la cabine du projectionniste, vide elle aussi. « Même le projectionniste s'est barré, génial. » Dee le balance à tout le monde comme à personne, profitant de la proximité de Lila pour ne pas ajouter la solitude comme poids supplémentaire face à l'enfermement. Et comme elles n'ont rien de mieux à faire, aucune excuse pour s'éviter ou prétendre ne pas avoir le temps, Daisy décide d'employer cette situation un rien alarmante pour tenter de raviver la flamme de la fraternité entre elles, sans le brûlot. Plus facile à dire qu'à faire.  « Pourquoi t'es revenue Lil' ? Tu vises la place de papa, avoue ? Tu avais l'air tellement heureuse loin d'ici que j'ai du mal à comprendre ce qui t'y retient. » Dee la raille gentiment mais sa réponse l'intéresse vraiment. Parce que Lila, elle n'a jamais cessé de jacter sur combien elle détestait ce bled, que c'était la ville où venaient les rêves pour mourir et qu'elle, elle méritait bien mieux, qu'elle allait conquérir le monde et vivre dans une grande ville à sa hauteur et... tout un tas de discours de tyran en culotte courte. Dans sa vision candide, Daisy imagine que c'est la famille qui la rattache ici après avoir passé tant d'années loin d'eux, à ne rentrer que très brièvement pour les vacances pour s'extasier sur cette existence merveilleuse qu'elle vivait, loin d'eux. Elle se plante sans doute, mais elle essaye. Et malgré leurs frictions, leurs incompréhensions, cette sensation d'être le soleil et la lune, le chien et le chat, elle croit qu'elle est heureuse de retrouver Lila dans son sillage, ciment d'une famille dysfonctionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 68

[sun is rising]
In my pockets :
Friendships:
Availability: français/english, (daisy, free, free)

MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   Lun 19 Déc - 22:30

Ses opales se sont habituées à l'obscurité mordante du cinéma. Elle distingue de plus en plus clairement les silhouettes des personnes qui sont dans la salle, ils sont tous faiblement éclairés par l'écran de leurs téléphones. Elle observe : la femme qui s'acharne sur la porte de l'issue de secours alors que celle-ci est définitivement fermée. Elle observe mais, ne bouge pas d'un iota. Il ne faudrait pas qu'elle se casse un ongle, Lila, sa manucure venait d'être faite. Elle ramène ses jambes vers elle : assise en tailleur dans son fauteuil comme si elle était sur son propre canapé, la duchesse.  Elle cache son stress derrière des attitudes familières, comme elle l'avait toujours fait. « Continue à sortir des trucs comme ça et je vais t'étouffer dans le vomi de tes propres conneries. » gronda-elle, non, elle ne changerait jamais Lila, surtout pas si elle était le point d'y passer. Fidèle à elle-même jusqu'au bout. « On ne va pas mourir » lâche t-elle sur un ton plus maternel qui se voulait rassurant. Elle essaie de se convaincre qu'elle ou qu'elles ne risquent rien, c'est un cinéma, des problèmes comme ça arrivent souvent mais, plus le temps passe et plus l'imagination fertile de Lila échafaude des scénarios catastrophes. Elles sont peut-être pris en otage, elles vont peut-être restées enfermer ici jusqu'à la fin de leurs jours, c'est à dire jusqu'à mourir de faim ou hypothèse plus probable jusqu'à l'une des deux n'étrangle l'autre avec ses propres cheveux après les lui avoir arraché du crâne. Elle est sécurité, elle se le répète en boucle dans sa tête mais, en réalité, c'est Daisy qui la rassure sans en avoir conscience, sa peau était tellement proche de la sienne qu'elle pouvait presque la sentir et c'était suffisant. Lila ne rugit pas lorsque qu'elle monopolisa l'accoudoir qu'elles partageaient d'ailleurs. Elle regarde sa sœur monter sur son siège d'un œil aussi suspect, qu'amusé, qu'exaspéré elle ne pouvait vraiment pas rester en place celle là. Elle, elle se contente de rester dans son siège en se disant que sa beauté ou son intelligence la sauveront quoi qu'il arrive. Elle a envie de tirer le bras de sa sœur pour la faire redescendre à sa hauteur, ce n'est pas l'envie qui lui manque, si un tireur armé se cachait dans les spectateurs, il en ferait sa cible, c'était une évidence mais, Lila ne fit rien puisque Daisy, le fit d'elle-même. Les traits de son visage se détendirent. Elle ne sait pas vraiment ce que c'est, l'amour Lila mais, elle tient à sa sœur, assez pour ne pas la vouloir morte -sauf si c'est elle qui la tue- et elle le lui montre d'une manière assez tordue qui lui est propre. C'est le moment que choisi Daisy pour lui poser LA question, cette question qui, sans doute, brûlait ses lèvres depuis un moment. Pourquoi elle était partie puis, elle ajoute ses petits sacarmes, comme d'habitude. Son visage devient blême, elle est prise au dépourvu Lila, prise au piège dans une salle fermée, c'était l'occasion parfaite, elle ne pouvait s'échapper et Dee, le savait parfaitement sinon, elle ne s'y serait jamais risquée. Son sang ne fait qu'un tour dans ses veines, elle ne sait pas vraiment quoi répondre à cette question. La vérité ? Un mensonge ? Elle n'est même pas sûre de la véritable raison de son retour, elle ne se l'avoue pas. « Je suis revenue parce que je savais que je manquais à cette ville, elle ne brille plus sans moi, j'ai du revenir pour lui rendre son éclat ! » s'exclame t-elle d'un ton posé, sa réponse remplit de prétention est sarcastique à souhait mais, peut passer pour la vérité sortant de sa bouche tout paraît paisible. Mais, elle n'est pas prête à baisser la garde, Lila, pas auprès de celle qui l'a éclipsé durant toute son enfance. « Et je vise bien plus haut que notre très cher père, crois moi » rajoute-elle. Pour une fois, elle dit la vérité, Lila, elle ne sait juste pas encore comment elle le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [intrigue 1] panic in the cinema.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[intrigue 1] panic in the cinema.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haute Fidélité et Home cinema
» [CINEMA]La Petit Nicolas
» ✻ intrigue fête foraine (Halloween)
» HEMINGWAY AU CINEMA
» Foire internationale et gastronomique de Dijon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: chapter three/ after the rainbow :: version une-
Sauter vers: